MEDEF: le président des patrons français en visite à Bastia

Le président du syndicat des patrons français en discussion avec les chefs d'entreprise insulaires / © Christian Giugliano
Le président du syndicat des patrons français en discussion avec les chefs d'entreprise insulaires / © Christian Giugliano

Geoffroy Roux de Bézieux, président national du MEDEF était en Corse, hier, jeudi 13 juin. Il a abordé la question épineuse des réformes, mais également l'état de l'économie insulaire, plutôt bien orientée, selon lui. 

Par Sébastien Bonifay

Geoffroy Roux de Bézieux a évoqué les rapports tendus avec le gouvernement actuel, sur des réformes comme celles des retraites ou de l’assurance chômage, tout en relativisant ces tensions de façon très diplomatiques :

 

Je ne sais pas si l’on peut dire que les discussions étaient « âpres », parce que finalement pendant le Grand débat, l’ensemble des réformes a été un peu « gelé ».

Ce qui est vrai, c’est que le gouvernement avait tendance à passer en force, ce n’était pas forcément illégitime d’une certaine manière, parce qu’il venait d’être élu…

Maintenant, on rentre semble-t-il dans la phase II, où (…) on veut « fabriquer la loi avec les citoyens ». J’ai envie de dire au premier ministre : il faut aussi la fabriquer avec les entreprises, notamment sur le sujet de la transition écologique.

 
Georges Roux de Bézieux au côté de Charles Zuccarelli, président du MEDEF de Corse. / © Christian Giugliano
Georges Roux de Bézieux au côté de Charles Zuccarelli, président du MEDEF de Corse. / © Christian Giugliano


Le président du MEDEF est ensuite revenu brièvement sur la façon dont le gouvernement compte trouver 5 milliards d’euros pour financer la baisse d’impôt sur le revenu, en rabotant notamment certaines niches fiscales, destinées jusqu’alors aux entreprises :

 

Les niches fiscales, c’est une manière d’appeler les réductions d’impôt. Et pourquoi il y a des réductions d’impôt ? C’est parce qu’il y a trop d’impôt. 



Enfin, Geoffroy Roux de Bézieux a bien évidemment évoqué l’économie corse, fragile nous le savons, mais qui, rappelle-t-il, crée plus d’entreprises chaque année que n’importe quelle région en proportion de sa population.

Sans nier les handicaps de l’île, il a surtout mis en avant ses atouts et ses perspectives…


Il a accordé un entretien à notre équipe:
 

 

Sur le même sujet

Cargo échoué à Bonifacio : entretien avec le responsable de la réserve naturelle

Les + Lus