• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Méridionale : le précédent de 2006

La Méridionale, 2 juin 2015 / © Clément Mahoudeau / MAX PPP
La Méridionale, 2 juin 2015 / © Clément Mahoudeau / MAX PPP

Candidate en solo à la délégation de service public transitoire entre le port de Marseille et les ports corses, la compagnie méridionale avait déjà fait une offre commune avec Corsica Ferries en août 2006.

Par Henri Mariani

C’était il y a 13 ans, la compagnie Méridionale, partenaire historique de la SNCM sur les lignes maritimes entre Marseille et la Corse créait la surprise.

À l’été 2006, l’exécutif de Corse, présidé à l’époque par Ange Santini, lançait l’appel d’offres maritime pour le renouvellement de la délégation de service public entre la Corse et Marseille pour la période 2007-2013.

L’office des transports recevait comme prévu les offres de la SNCM et de la Méridionale, mais également une offre conjointe présentée par la Corsica Ferries et par la Méridionale. Les deux compagnies proposaient de desservir Bastia et Propriano-Marseille d’une part et les ports d’Ajaccio et Propriano-Marseille d’autre part.

Dans leur dossier de candidature, CF affrétait son Méga Express Three, et la méridionale ses cargos mixtes, le Scandola, le Kalliste, et le Girolata. Cette candidature commune inattendue rebattait les cartes de l’appel d’offres, et démontrait la volonté d’émancipation de la Méridionale, vis-à-vis de son partenaire historique, la SNCM.
 

Décision du tribunal administratif


Surpris par l’initiative des deux compagnies, l’office des transports omettait de convoquer Corsica Ferries et la Méridionale pour qu’elles puissent défendre leur offre commune. C’est la justice qui sifflait la fin de la partie.

Le 23 Octobre 2006 le tribunal administratif de Bastia suspendait temporairement l’appel d’offres et enjoignait l’office des transports d’examiner la candidature commune Corsica Ferries, Méridionale. Une offre jugée irrecevable par l’office des transports, qui pointait alors les insuffisances de Corsica Ferries et de la Méridionale notamment en ce qui concerne le fret.

Deux mois plus tard, le 11 Décembre 2006, c’est le conseil de la concurrence qui a son tour mettait le nez dans le dossier. Cette autorité administrative indépendante, chargée de lutter contre les pratiques anticoncurrentielles jugeait que l’offre commune Corsica Ferries, Méridionale avait été écartée abusivement.

Relance de la procédure


Cernée par les décisions de justices et par les recours, l’assemblée de Corse qui devait se prononcer sur l’attribution de la délégation de service public maritime, décidait le 22 décembre 2006, de relancer la procédure. Finalement, le 9 Février 2007, le groupement SNCM / Méridionale présentait une offre commune, renouant ainsi avec les liens commerciaux entre les deux compagnies. De son côté, la Corsica Ferries déposait une offre en solo avec ses propres moyens, mais uniquement sur les liaisons entre le port de Marseille, et les ports de Corse-du-Sud.

L’attribution de la délégation de service public avait finalement été annulée en Avril 2007 par le tribunal administratif de Bastia.
 

La DSP transitoire


Désormais candidate à la DSP transitoire qui entrera en vigueur le 1er Octobre prochain jusqu’au 31 Décembre 2020, la Méridionale se retrouve dans une situation inédite.

En effet, le principe d’une offre commune avec la Corsica Linea ( Ex-SNCM) n’a pas été reconduit et la Corsica Ferries avait déposé une offre concurrente avec sa propre flotte, avant d’être écartée par la commission d’appel d’offres, pour une question de forme.

Le contrat d’une durée de 15 mois, est un test en vue de l’attribution de la future délégation de service public, qui durera 10 ans. Conformément aux règlements Européens, la DSP transitoire sera attribuée ligne par ligne, ce qui sera une première.

Malgré un effort financier et une diminution du niveau de la compensation financière versée aux compagnies, le montant de la DSP maritime reste le plus élevé d’Europe. Une équation financière que l’exécutif pas plus que les précédents d’ailleurs n’a réussi à résoudre.
 
Le montant de la DSP maritime reste le plus élevé d’Europe.
Le montant de la DSP maritime reste le plus élevé d’Europe.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bonifacio : embarquement sur le « Eileen » pour le départ de la 10e édition de la Corsica-Classic

Les + Lus