• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Pâques : Les célébrations menacées dans les églises rurales

Autel de l'église de Pitrettu (2A) / © France 3 Corse Via stella
Autel de l'église de Pitrettu (2A) / © France 3 Corse Via stella

Comme dans la plupart des églises de Corse, l’évenement majeur de ce dimanche est la messe Pascale. En ce jour, les prêtres doivent accomplir un véritable marathon pour dire la messe dans le maximum de villages. Dans le Taravu et dans le Valincu, le vicaire général est venu d’Ajaccio.

Par François-Albert Bernardi

C’est à Zicavu, que le vicaire général, le père Jean-Yves Coeroli dit les premiers sacrements de la journée. Il avait été appelé par le diacre François Valentini, pour que les paroissiens du petit village du Taravu puissent avoir une messe, pour fêter eux aussi la résurrection du Christ. Pour le diacre cette présence est indispensable:

Sans le vicaire général la messe n’aurait pas pu avoir lieu c’est un problème récurrent dans nos villages, les jours de fêtes bien souvent, on doit se contenter d’une liturgie de la parole faute de prêtres.


Un renfort ponctuel pour palier la crise d’engagement dans les paroisses d’Ornanu, du Taravu et de l’Istria. Pour une trentaine de paroisses ces régions ne comptent que un seul prêtre et un seul diacre.
 

La présence exceptionnelle du père Jean-Yves Coeroli  à Zicavu n’a pas su convaincre plus de paroissiens. Non loin de là à Pitrettu  les fidèles sont nombreux pour venir écouter l’homélie, prononcée  par le vicaire général de l’évêché de Corse.
Pour Paulo, un jeune paroissien , c’est l’occasion de faire vivre le village.

On essaie de venir quand on peut pour témoigner notre foi bien-sûr et  faire vivre le cœur du village 

Au-delà de l’aspect religieux dans ces villages la messe pascale reste aussi un moment de convivialité et de partage.
 

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus