Parcoursup : une plateforme simplifiée et des étudiants rassurés

Parcoursup, la nouvelle plateforme d'admission post-bac / © FTVIASTELLA
Parcoursup, la nouvelle plateforme d'admission post-bac / © FTVIASTELLA

Il ne reste plus que quelques heures aux élèves de terminale pour s’inscrire sur « Parcoursup » afin d’émettre leurs vœux d’études supérieures. Après les couacs de l’ancien outil, Admission Post-Bac, les angoisses sont fortes pour les lycéens. Éclairage.

Par A.A/France 3 Corse ViaStella

Tirage au sort, étudiants sans affectation, la formule Admission Post-Bac (APB) qui permettait aux élèves de terminale d’émettre leurs vœux d’études supérieures a essuyé de nombreuses critiques. Pour faire face, une nouvelle plateforme a été lancée par le gouvernement pour la rentrée 2018 : « Parcoursup ».

Dorénavant plus de tirage au sort et d’algorithmes, mais des dossiers, comportant notamment une liste de 10 vœux, un CV et des motivations, étudiés par les établissements demandés par les lycéens. « Il y a eu beaucoup d’angoisses, parce que cette nouvelle procédure s’est faite sur un fond de critique d’APB. Tout cela est resté un peu dans les têtes », explique André Paccou, chef du service académique de l’information et de l’orientation.

Si la mobilisation a été forte du côté des équipes pédagogiques des établissements insulaires pour que les couacs d’APB ne se répètent pas, les incertitudes des futurs étudiants sont encore palpables. « C’est une période charnière pour nos grands adolescents. Ils savent qu’ils s’engagent dans l’enseignement supérieur, qu’à l’issue de cela, il y aura l’insertion professionnelle. Et quoi qu’on en dise, le diplôme reste une garantie contre le chômage. Et cette pression sociale-là, elle existe », souligne André Paccou.


Phase complémentaire


Ce mardi, à 18 heures, il ne sera plus possible de s’inscrire. Si les élèves de terminale n’ont pas effectué les démarches nécessaires à l’horaire indiqué, leur parcours pourrait alors être compromis. Et plus particulièrement, lorsqu’il est question de formations sélectives comme les classes préparatoires aux grandes écoles, les BTS ou les DUT.



« Les places seront déjà prises avec les candidatures qui seront déjà actées à 18 heures », explique le chef du service académique d’information et d’orientation. Malgré une phase complémentaire d’inscription prévue au mois de juin, les places qui ont déjà été attribuées dans les filières sélectives ne seront plus disponibles.

Actuellement, 83% des élèves se sont inscrits sur « Parcoursup » 78% d’entre eux ont émis au moins un vœu.


Sur le même sujet

Trois hommes renvoyés aux assises pour l’assassinat d’Antoine Sollacaro

Les + Lus