Patrimoine : À Porri, une journée pour découvrir les traditions profanes et sacrées corses 

© FTVIASTELLA
© FTVIASTELLA

Le patrimoine corse mis à l'honneur dans le village de Porri en Casinca. Pour la première fois, mardi, une conférence sur l’art baroque en Corse a été organisée précédée d’une démonstration de danse traditionnelle. 

Par France 3 Corse ViaStella

Revenir 1 000 ans en arrière avec quelques pas de danse. À Porri, on pratique la Moresca, une danse traditionnelle qui retrace toutes les invasions. « Ce qui est intéressant dans la Moresca, c’est que l’on essaye de reproduire des batailles et ça reste dans le souvenir et la mémoire des gens. C’est une réussite, parce qu’en 2018, elle est encore là », se félicite Dominique Torre, danseuse traditionnelle.

Une page de l'Histoire corse qui permet aux habitants de se réapproprier leur culture. Et pour les enfants du village, la leçon est retenue. « Il fallait beaucoup bouger avec les mains et ne pas se faire mal », explique une jeune danseuse. 
 
Patrimoine : À Porri, une journée pour découvrir les traditions profanes et sacrées corses 
Intervenants - Dominique Torre, Danseuse traditionnelle ; Michel-Edouard Nigaglioni, Chercheur au service de l'Inventaire du Patrimoine Corse. Equipe - Mathilde Guyenot ; Marion Fiamma ; Jacques Antomarchi.
 

Sacré


Après le profane, le sacré. Car au Moyen-âge, l'église était au centre du village. Pour mieux retracer cette période, deux historiens ont présenté au public le résultat de leur découverte.

Chaque trésor du patrimoine est ici recontextualisé. « Ça permet au public de comprendre qu’on ne voit rien. Il faut qu’il y ait un sachant, un historien de l’art, qui passe et qui attire l’attention sur tel ou tel objet mobilier que finalement, on ne voit plus parce qu’on l’a toujours connu », raconte Michel-Édouard Nigaglioni, chercheur au service de l'Inventaire du patrimoine corse. 

Dernière trouvaille, un ostensoir du XVIIe, offert par un évêque.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Déchets : des élus du Fium’orbu-Castellu refusent de recevoir plus de 43 000 tonnes par an 

Les + Lus