• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Prunelli di Fiumorbu: le casse-tête nationaliste

Prunelli-di-Fiumorbu / © France 3 Corse Via Stella
Prunelli-di-Fiumorbu / © France 3 Corse Via Stella

Sur les trois listes en lice pour l'élection municipale de Prunelli di Fiumorbu, deux sont composées de nationalistes proches de la majorité territoriale. Si des soutiens ont été clairement affichés, aucune des listes n'a bénéficié de l'investiture de Per a Corsica.

Par PS pour Via Stella

A une semaine du premier tour de l'election municipale de Prunelli di Fiumorbu c'est toujours silence radio du coté de la majorité territoriale et du président de l'exécutif Gilles Simeoni.

Sur les trois listes en lice, deux sont composées de candidats proches du pouvoir territorial: La liste Per Prunelli portée par l'un des piliers de Corsica Libera Esteban Saldana et celle portée par le docteur André Rocchi proche du Partitu di a Nazione Corsa, Inseme per Prunelli.
Mais pour l'heure aucune des deux listes n'a été investie officiellement par la majorité.

Opposant historique à la mairie de Prunelli di Fiumorbu, André Rocchi n'a sollicité aucune investiture mais le chef de file d' Inseme per Prunelli et bon nombre de ses colistiers sont issus des composantes de la majorité territoriale.

Investiture ou pas, Esteban Saldana et les siens, eux, entendent bien surfer sur la dynamique Per a Corsica victorieuse lors des précédents scrutins territoriaux et législatifs. Logo, affiches, slogans, tout y est. Tout sauf une position officielle de la majorité. 


Pas d'investiture, des soutiens affichés


Sans surprise, Corsica Libera affiche clairement son soutien à Esteban Saldana et Per Prunelli. De nombreux piliers du mouvement indépendantiste étaient présents pour le meeting qui s'est tenu ce vendredi soir à la salle Cardiccia: Jean-Guy Talamoni, Josepha Giacometti, Lionel Mortini, Charles Pieri.

Autres présences remarquées, celles de responsables de Femu a Corsica, comme son secrétaire national Jean Félix Acquaviva, ou l'un des membres de l'exécutif du parti Ghjuvan-Santu Le Mao.

Des soutiens de taille donc, alors que Femu a Corsica publiait un communiqué quelques heures auparavant pour donner sa position.


Une fusion au soir du premier tour ?



Pas de consignes officielles dans le communiqué de Femu mais un appel à la fusion au soir du premier tour:

"Nous regrettons à ce stade que le rassemblement le plus large des personnes se réclamant des valeurs portées par la majorité territoriale et de l'ouverture n'ait pu se traduire par une convergence en une seule démarche politique commune avant le premier tour.

Clairement sollicités et invités pour le meeting de la liste Per Prunelli (se réclamant de Per À Corsica, de ses
valeurs démocratiques et d'ouverture, ainsi que de ses objectifs politiques), la présence politique de
responsables et élus de Femu a Corsica s'avère naturelle.

Cependant, face aux enjeux qui nécessitent le rassemblement de l'ensemble des femmes et des hommes prônant le changement et devant une campagne électorale écourtée, nous en appelons d'ores et déjà, dès le soir du premier tour, à une fusion des deux listes précitées sur la base du score réalisée par chacune d'elle.

Un accord politique, avec des objectifs programmatiques reprenant les valeurs éthiques, valeurs de
transparence défendues par la majorité territoriale, doit aboutir."

  

Le PNC sur la même longueur d'onde



Position identique du coté du Partitu di a Nazione Corsa dont certains membres étaient aussi présents au meeting de la liste Per Prunelli. Notamment Pierre Poli, président du groupe PNC à l’Assemblée de Corse ou des personnalités de la micro-région comme Jean-Pierre Antonelli. 

Le parti de Jean-Christophe Angelini qui compte des militants sur les deux listes en appelle aussi à la fusion au soir du premier tour pour faire barrage à la liste de la majorité sortante portée par Stéphane Francovich.

Reste à savoir désormais si cette union se concrétisera ou non et quels seront les rapports de force au soir du premier tour, premiers éléments de réponses le dimanche 20 janvier prochain.

Sur le même sujet

Précarité : réunion entre la préfète de Corse et les associations

Les + Lus