Quelques conseils pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone

C'est un gaz inodore qui peut causer la mort. Le monoxyde de carbone fait chaque année des victimes en raison du mauvais entretien d'évacuations de chaudières ou de cheminées. La Corse ne fait pas partie des régions les plus exposées. Mais des mesures de prévention existent.

Par France 3 Corse ViaStella

« Il y a un demi-centimètre, c’est ridicule. Vous ne risquez rien Monsieur », indique Fabrice Verove, ramoneur. Cette cheminée a peu servi, elle ne présente pas de risque selon ce professionnel et pourtant, la loi oblige le propriétaire de la maison à la faire ramoner.

En quelques minutes, c'est fait. Le ramoneur délivre un certificat à son client qui servira notamment pour les assurances en cas d'incendie. Le propriétaire est rassuré.

« Cette cheminée est en travaux, nous avons hésité à la mettre en fonctionnement avant de savoir si le conduit était en état. Tout va bien », indique Jean-Pierre Damiani, propriétaire.




Au-delà du risque incendie, un conduit encrassé ou bouché peut provoquer une intoxication au monoxyde de carbone. Les interventions sont rares en Corse. Mais en période de grand froid, quand chaudières et cheminées fonctionnent à plein régime, les pompiers sont parfois appelés pour des maux de tête, malaises et vomissements.

Insidieux


Des symptômes alarmants, car ils peuvent signaler une intoxication. Lorsqu'elle est aiguë, elle peut être mortelle, mais il existe aussi des intoxications chroniques. « Se sont à peu près les mêmes signes.

Une sensation de mal-être, elle est due à une mauvaise combustion d’une chaudière ou un feu qui couve trop dans une cheminée et du monoxyde de carbone qui est distillé dans la pièce de façon chronique pendant plusieurs semaines à plusieurs mois
», explique Commandant Dominique Simeoni, responsable du service médical du service départemental d’incendie et de secours de la Haute-Corse.

Le monoxyde de carbone est insidieux, car il ne se voit pas. Les pompiers le détectent à l'aide de petits appareils. Pour limiter les risques, il faut aérer son logement régulièrement et éviter de se calfeutrer. En cas d'intoxication, un réflexe : garder son calme et appeler les secours.

Et pour éviter d'encrasser votre conduit de cheminée, suivez ce conseil : « Il faut le plus possible brûler du bois sec d’une année sur l’autre. Et si vous n’avez que la possibilité de brûler du bois vert. Vous prenez une bûche sur trois. Une bûche sur trois morceaux secs », précise le ramoneur.
Il ne reste donc plus qu'à charger les bûches.


Sur le même sujet

Déchets : des élus du Fium’orbu-Castellu refusent de recevoir plus de 43 000 tonnes par an 

Les + Lus