• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Querelle autour de la présidence du syndicat mixte du Giussani 

© Daniel Bansard/FTVIASTELLA
© Daniel Bansard/FTVIASTELLA

Créer en 2001, le syndicat mixte du Giussani gère les activités culturelles de la micro-région. Mais sa présidence pose problème. La majorité territoriale aurait proposé un candidat créant ainsi une incompréhension du côté des élus municipaux d'Olmi-Cappella et de Mausoleo, eux-mêmes candidats. 

Par France 3 Corse ViaStella

La maire de Vallica, le maire d’Olmi-Cappella et le premier adjoint de Mausoleo n’en démordent pas. La présidence du syndicat mixte du Giussani, créé en 2001 pour gérer les activités culturelles de la micro région, ne doit pas échapper à un élu du territoire, soit à l’un d’eux. 

Ils disent avoir vécu comme un affront l’annonce, par la majorité nationaliste, de présenter son propre candidat. « Il est encore temps de rattraper les choses et d’œuvrer ensemble. Le point qui me paraît non négociable, c’est le fait qu’avec mes collègues nous exigions une présidence d’un élu local du Giussani », explique Jacques Denis, premier adjoint de Mausoleo. « J’ai commencé à consulter mes collègues et je serai donc candidat à cette présidence au nom des trois municipalités », assure quant à lui Frédéric Mariani, maire d'Olmi-Cappella. 

La querelle apparaît d’abord comme celle d’élus de proximité contre un pouvoir trop centralisé. Mais le quatrième maire du Giussani considère lui qu’un élu local n’est plus suffisamment armé pour présider un tel syndicat. Pourtant, il pourrait jouer l’arbitre dans l’élection. « J’ai annoncé que je voterai ces gens qui veulent le pouvoir dans le Giussani. Mais s’il y a un arrangement quelconque, je pense que je serai candidat », indique Christian Argenti, maire de Pioggiola. 
 

Intérêt


Le syndicat mixte de Giussani suscite beaucoup d’intérêt. Ce n’est pas un hasard. Il gère notamment, avec l’association Aria, un pôle théâtral initié par Robin Renucci. Le problème de la présidence cache peut-être un problème de fond : la définition de la politique culturelle future du syndicat. « Il faut que l’association Aria et le syndicat mixte aient le même objectif, la même vision des choses, mais avec chacun des prérogatives », reprend Frédéric Mariani, maire d'Olmi-Cappella.

 
Querelle autour de la présidence du syndicat mixte du Giussani 
Intervenants - Jacques Denis, premier adjoint de Mausoleo ; Frédéric Mariani, maire d'Olmi-Cappella ; Christian Argenti, maire de Pioggiola ; Anne-Laure Santucci, conseillère territoriale « Femu a Corsica » et membre du conseil d'administration du syndicat mixte. Equipe - Anne-Marie Leccia ; Daniel Bansard ; Ramsey Kinany.

 
Anne-Laure Santucci, conseillère territoriale « Femu a Corsica » et membre du conseil d'administration du syndicat mixte explique quant à elle : « Nous avons rencontré, avec le président de notre groupe Hyacinthe Vanni, plusieurs fois le personnage théâtral historique du Giussani qui est Robin Renucci, nous sommes à ses côtés. Nous avons aussi des ambitions de doter cet outil et de l’ouvrir à l’ensemble de la vie culturelle corse. »

La collectivité veut aussi utiliser davantage la capacité d’hébergement de la maison Battaglini, également gérée par le syndicat. Aucune date d’élection n’est aujourd’hui connue. Le temps des tractations semble se poursuivre. 


 

Sur le même sujet

Les murs de la honte

Les + Lus