• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La question de l’avenir institutionnel de la Corse posée à l’Assemblée nationale

Les trois nouveau députés nationalistes lors de leur rentrée administrative vendredi 23 juin à l'Assemblée nationale. / © AM LECCIA / FTVIASTELLA
Les trois nouveau députés nationalistes lors de leur rentrée administrative vendredi 23 juin à l'Assemblée nationale. / © AM LECCIA / FTVIASTELLA

Ce mardi, le député Paul-André Colombani a profité d’une séance de questions au gouvernement dans l’hémicycle du palais Bourbon pour interroger le Premier ministre quant à une possible autonomie de l’île.

Par France 3 Corse ViaStella

Dans le contexte de la campagne des territoriales, à l'Assemblée nationale, les députés nationalistes ont adressé une question au Premier ministre au sujet de l'avenir institutionnel de la Corse et plus précisément de son autonomie.

« Aujourd’hui, ma question […] est la suivante. Monsieur le Premier ministre êtes-vous favorable, une fois les élections de décembre acquises, à l’ouverture d’un processus de dialogue, associant l’ensemble des forces vives de notre île, en vue de déboucher dans les meilleurs délais sur une autonomie de plein exercice et de plein droit ? », interroge Paul-André Colombani, député nationaliste.

La question de l’avenir institutionnel de la Corse posée à l’Assemblée nationale
Intervenants : Paul-André Colombani, député nationaliste ; Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur.

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Colomb, s’est chargé de répondre à la question. « J’ai toujours été favorable à une grande autonomie. Mais comme l’a dit le président de la République, lorsqu’il est allé en Corse. Nous sommes favorables à l’autonomie de la Corse, mais à l’autonomie de la Corse dans la République française », précise-t-il au nom du gouvernement.


A lire aussi

Sur le même sujet

Corse : il sera bientôt possible de payer ses impôts dans un bureau de tabac

Les + Lus