• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Référendum en Nouvelle-Calédonie : des indépendantistes corses réagissent 

Des indépendantistes corses réagissent au choix des Calédoniens de voter contre l'indépendance de l'archipel français dimanche 4 novembre. / © Théo Rouby / AFP
Des indépendantistes corses réagissent au choix des Calédoniens de voter contre l'indépendance de l'archipel français dimanche 4 novembre. / © Théo Rouby / AFP

En Nouvelle-Calédonie, les électeurs ont voté contre l’indépendance de l’archipel français ce dimanche. Un choix qui a fait réagir des hommes politiques corses indépendantistes. 

Par France 3 Corse ViaStella

Entre ces deux bulletins, les Calédoniens ont choisi et ce sera non : la Nouvelle-Calédonie reste française

C'est maintenant officiel, le « non » au référendum d'indépendance l'emporte avec 56,4 % des suffrages contre 43,6 % pour le « oui ». Un écart bien moins important qu'annoncé qui s'est creusé dans les plus grosses communes et avec une participation impressionnante de plus de 80%.

 
Référendum en Nouvelle-Calédonie : des indépendantistes corses réagissent 
Intervenants - Alain Mosconi, militant de Corsica Libera ; Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse. Equipe - Jean-André Marchiani ; Sébastien Bonifay ; Lionel Luciani ; Frédéri Guichard.


En Corse, de nombreux regards étaient tournés vers la Nouvelle-Calédonie. Pour les indépendantistes de Corsica Libera, le score est malgré tout encourageant pour la suite. 

Mais au-delà de la solidarité entre les peuples, il est difficile de faire un lien avec la situation en Corse. « Le score en lui-même m’étonne. Je pense qu’il étonne également les tenants du pouvoir en France, puisque personne n’attendait les indépendantistes à une telle hauteur », estime Alain Mosconi, militant de Corsica Libera. »
 

« Nos situations sont très différentes »


Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse, indique : « Nous avons une solidarité totale. Cela dit, nos situations sont très différentes. Nous ne sommes pas dans cette séquence. Nous essayons d’avoir un nouveau statut d’autonomie. Paris s’y oppose résolument. Nous sommes très très loin d’un processus d’indépendance. Ce que je regrette profondément en tant qu’indépendantiste. »

 


Dans le cadre des accords de Nouméa et malgré ce résultat, la tenue de deux autres référendums dans les quatre ans est possible si la demande est formulée par un tiers des membres du congrès calédonien. Pour l'heure, les indépendantistes y possèdent 25 sièges sur 54.


 

Sur le même sujet

Comment est utilisé le fonds social européen en Corse ?

Les + Lus