Relations nationalistes-Etat: Gilles Simeoni durcit le ton

Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, se rendra à Matignon lundi 2 juillet pour une rencontre avec le Premier ministre, Édouard Philippe. / © Pascal Pochard-Casabianca/AFP
Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, se rendra à Matignon lundi 2 juillet pour une rencontre avec le Premier ministre, Édouard Philippe. / © Pascal Pochard-Casabianca/AFP

Dans un entretien accordé à nos confrères de Corse-Matin, Gilles Simeoni évoque longuement le dialogue avec l'état. Des rapports qui se tendent depuis plusieurs semaines avec la préfète de Corse Josiane Chevalier.

Par Web ViaStella

Gilles Simeoni n'a visiblement pas digéré les différentes attaques d'ordre juridique de l'Etat.

Le recours devant le tribunal administratif demandant l'annulation du marché de la fibre ne passe pas pour le président de l'exécutif.

Au delà du coup porté à l'un des chantiers les plus importants de la mandature c'est l'attitude globale de l'état qu'il fustige.
Dans les colonnes de Corse Matin, Gilles Simeoni parle même de "croisade contre la majorité".


Du "déni de démocratie" à "l'offensive"


Dans son interview Gilles Simeoni évoque les rapports qu'il entretient avec la préfète de Corse, Josiane Chevalier.
Des relations qui semblent se tendre au fil des semaines sur de nombreux dossiers.
Le président de l'exécutif accuse la préfète de Corse de vouloir nuire à la majorité territoriale et d'attiser les tensions au sein de la société Corse.


Une multitude de divergences


Au delà du marché de la fibre, les désaccords sont nombreux entre la majorité territoriale et l'Etat.
Paillotes, agriculture, contrôle de légalité, le chjam'è rispondi entre la collectivité et l'Etat porte sur bon nombre de dossiers.

En témoigne la fin de non recevoir formulée via un courrier par la préfète de Corse au sujet d'une proposition de protocole d'accord Etat-Région visant à renforcer le contrôle de légalité sur les espaces stratégiques agricoles (ESA).

Le document élaboré par le conseil exécutif prévoit aussi une procédure accélérée concernant la reconstitution de la cartographie des ESA annulée par le Tribunal Administratif. Il sera présenté ce jeudi devant l'assemblée de Corse.
 

Sur le même sujet

Municipales 2020 : Entretien avec Paul-Félix Benedetti, chef de file de Core in Fronte

Les + Lus