• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Réserve de Scandola : des associations demandent au ministre de la Transition écologique de protéger la zone

Illustration, Réserve de Scandola. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
Illustration, Réserve de Scandola. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP

Neuf associations dédiées à la défense de l’environnement ont adressé une lettre, le 11 mars dernier, à François de Rugy, ministre de la Transition écologique, afin de protéger la réserve de Scandola. Elles réclament une « zone d’interdiction » d’accès. 

Par A.A / France 3 Corse ViaStella avec AFP

« Des mesures d’urgence dès l’été 2019 » dont une « zone d’interdiction » d’accès à la réserve de Scandola, menacée par la surfréquentation touristique. C’est ce qu’ont réclamé neuf associations, dont de nombreuses dédiées à la défense de l’environnement, au ministre de la Transition écologique, François de Rugy, dans une lettre datée du 11 mars. 

 


« Nous sollicitions votre intervention pour l’instauration d’une zone d’exclusion, incluant la réserve intégrale actuelle, de toute navigation et activités nautiques de 300 mètres afin de sauvegarder ce joyau du patrimoine environnemental de la Corse », ont écrit ABCDE, ADN Passpartou, Aria Linda, A Sentinella, Le Garde, Global earth Keeper, U Levante, Zeru Frazu et la Ligue contre le cancer.

 

Balbuzard pêcheur 


Car de nombreuses études ont démontré que les poissons et les animaux marins désertent la réserve. C’est le cas notamment du balbuzard pêcheur. En décembre 2018, un rapport du CNRS a jugé que la population de ce rapace, protégé et menacé en mer Méditerranée, s’effondre à Scandola à cause du tourisme. 

En février dernier, l’association U Levante a déjà adressé une lettre ouverte à Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse. Elle y réclamait la mise en place d’un quota de fréquentation touristique classé au patrimoine mondiale de l’Unesco. 

La réserve de Scandola a été établie en 1975. Elle rassemble 920 hectares terrestres et une zone marine de 1 000 hectares. Elle est titulaire de nombreux labels de protection : aire marine protégée, conservatoire du littoral, Natura 2000, diplôme européen des espaces protégés. 

Le renouvellement de ce dernier est prévu en 2020. Un rapport d’experts du Conseil de l’Europe, qui décerne ce diplôme, a d’ailleurs recommandé une limitation d’accès au site. 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Ajaccio : inquiétudes et questionnements autour du futur plan local d’urbanisme

Les + Lus