Les réserves d'eau sont satisfaisantes en Corse, mais la vigilance est de mise

Le comité sécheresse s'est réunit vendredi 12 juillet à San-Giuliano pour faire le point sur les réserves en eau de l'île. / © FTVIASTELLA
Le comité sécheresse s'est réunit vendredi 12 juillet à San-Giuliano pour faire le point sur les réserves en eau de l'île. / © FTVIASTELLA

Le comité sécheresse s'est réuni vendredi 12 juillet à San-Giuliano pour faire le point sur les réserves en eau de l'île. Alors que plusieurs départements du continent, sont soumis à des restrictions de consommation, il n'en est pas question pour le moment en Corse. Mais la vigilance est de mise.

Par France 3 Corse ViaStella

Dans un champ de la Plaine Orientale, les canons d'irrigation dispersent jusqu'à 23 mètres cubes d'eau à l'heure.

Les agriculteurs sont parmi les plus gros consommateurs. Jean Baptiste Ribaut est producteur de clémentines, afin de limiter l'évaporation, il arrose chaque jour à partir de 19 heures. 

Mais ce n'est pas la seule mesure qu’il a prise pour limiter sa consommation. « Ce qui participe beaucoup aux économies d’eau, c’est l’automatisation des départs et des fins d’irrigation. Je suis équipé à 100 %. Il n’y a pas une vanne que j’ouvre à la main », soutient l’agrumiculteur.

 
Les réserves d'eau sont satisfaisantes en Corse, mais la vigilance est de mise
Intervenants - Jean-Baptiste Ribaut, Producteur de Clémentines ; Josiane Chevalier, Préfète de Corse ; Laure Terriga, Gérante de camping. Equipe - BERTHELOT Louis ; PATRICIO Eloïsa ; Castelli Julien.
 

Économiser l'eau, éviter le gaspillage, c'est le message porté par les pouvoirs publics, lors de la réunion du Comité sécheresse vendredi 12 juillet, autour de la préfète de Corse. Pour l'instant, les réserves en eau sont suffisantes et il n'y a pas de pénurie.
 

Chasse au gaspi


Mais la vigilance reste de mise. « Certains secteurs sont plus exposés que d’autres notamment la partie sud de la Corse, mais également la Balagne où il y a une forte présence touristique », explique Josiane Chevalier, préfète de Corse. 

Dans un camping de Valle-di-Campoloro, la facture d'eau potable s'élève à 7.000 € pour les seuls mois de juillet et août.

Douche, vaisselle et lessive, chaque centilitre est compté par la gérante. Elle fait la chasse au gaspi et a mis en place un système pour éviter les abus. « Quand j’appuis sur le bouton, l’eau ne coule pas, quand je le lâche, elle coule. Si je reste appuyée, l’eau ne coule pas », montre Laure Terriga, gérante de camping, en faisant la démonstration sur ses éviers. 

Selon l'office d’équipement hydraulique, pour l'instant, le niveau des cours d'eau est dans la moyenne. Le comité sécheresse se réunira à nouveau fin juillet pour refaire le point sur la situation. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Cargo échoué à Bonifacio : entretien avec le responsable de la réserve naturelle

Les + Lus