Richard Ferrand appelle à « saisir la main tendue » de Gilles Simeoni

© Patrick Kovarik/AFP
© Patrick Kovarik/AFP

Ce mercredi matin, invité sur le plateau de Cnews, le chef de file des députés La République en marche, Richard Ferrand, a appelé le gouvernement à prendre en compte les demandes du président du conseil exécutif de Corse.

Par France 3 Corse ViaStella avec AFP

Invité sur Cnews ce mercredi matin,  le chef de file des députés La République en marche (LREM), Richard Ferrand a appelé mercredi à « saisir la main tendue » par le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni.

Alors que, déçus, les représentants de la collectivité de Corse ont appelé hier, mardi, à une « grande manifestation populaire » sur les réseaux sociaux, Richard Ferrand a estimé qu’il fallait « saisir la main tendue par le président Simeoni ».

ITW Ferrand
Images CNews


Le chef de rang des députés LREM a estimé qu’il est nécessaire de « prendre conscience que  que la Corse a retrouvé la paix, qu'il y a une aspiration au développement économique de la Corse et que ce qui est demandé c'est une capacité d'action plus large dans la République. » Il ajoute : « il faut examiner ce que peut vouloir dire l'autonomie dans la République.»



« Période de la confiance d’avenir »


Il a ainsi appelé le gouvernement à « passer d’une période de soupçon permanent à une période de la confiance d’avenir » en ce qui concerne les relations avec Gilles Simeoni.

Lundi soir, après une rencontre avec le Premier ministre Édouard Philippe, Gilles Simeoni avait affiché « une forme de déception » car « le gouvernement n'est pas allé plus loin dans la prise en compte de nos demandes et revendications ».

Le président du conseil exécutif de Corse avait alors indiqué espérer qu’Emmanuel Macron « donne le la sur ce que sera la position non seulement du gouvernement mais de l'Etat concernant le rapport à la Corse ». Le président de la République doit se rendre le 6 février en Corse pour les commémorations de l'assassinat, il y a 20 ans, du préfet Claude Erignac.


A lire aussi

Sur le même sujet

L'ancienne présidente de l'ATC en garde à vue dans une enquête sur des marchés publics suspects

Les + Lus