Route des sens acidulée aux « Agrumes en fête » de Bastelicaccia

« Les agrumes en fête » de Bastelicaccia est le rendez-vous vitaminé du week-end, où l'on peut acheter des plants et rencontrer producteurs et artisans. Comme la plupart des productions agricoles, les agrumes ont souffert de la sécheresse.

Par France 3 Corse ViaStella

Cette année aux « Agrumes en fête », le citron caviar a la cote. Les amateurs venus de toute la Corse se pressent à Bastelicaccia où les mandarines, pamplemousse et autres pomelos sont les stars du week-end.

Ce qui attire les curieux : les plants. « On en a vendu facilement 200 en 1 heure, 1 heure 30. Il fallait voir ce matin l’affluence », indique Baptiste Ottavi, membre de l'association de promotion et de valorisation des agrumes de Bastelicaccia.




Des arbustes tracés en cas de maladie, vendus au juste prix et des conseils sont même prodigués sans supplément. « Il souffre tous les ans parce que je ne sais pas m’en occuper. Maintenant j’ai un peu plus de temps pour m’en occuper et ça devrait aller un petit peu mieux », sourit un acheteur. « Ce sont des plantes certifiées que l’on connaît depuis longtemps et que j’ai déjà achetées les années précédentes et qui fonctionnent très bien », précise un autre.


« Les fruits ne sont pas venus à maturité »


Sous le chapiteau, les agrumes se déclinent sous toutes les formes et les couleurs. Et ils s'invitent dans les recettes des artisans.
Un véritable festival pour les sens. « On voyage rien que par la couleur, l’odeur et après par les commerçants qu’il y a sur le marché », constate un participant. Sauf que cette année, la sécheresse s'est invitée par surprise en affectant la production.




Résultat : une récolte presque divisée par deux dans la région. « Cette année, la sécheresse a fait que les fruits ne sont pas venus à maturité. Ils sont beaucoup tombés d’où moins de récolte », explique Madeleine Guglielmi, agrumicultrice à Bastelicaccia.

Mais une partie a été conservée pour la foire. « C’est un problème qu’on n’a pas eu sur la plaine orientale où la production s’est super bien passée. Mais ici, apparemment, il y a eu un problème climatique au moment de la floraison et ensuite cet été par rapport au manque d’eau qui fait que cette année il y a une récolte bien inférieur à celle de l’année dernière. Mais après, ce sont aussi les contraintes de l’agriculture », souligne Franck Curk, ingénieur d'études à l'INRA.

Et pour ceux qui n'ont pas encore fait le plein de vitamines, « Les agrumes en fête » continue ce dimanche.


Sur le même sujet

Bonus - Diana Di L’Alba, interview d'Antoine Marielli

Les + Lus