• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La santé au cœur de la visite en Corse de Jacques Toubon, défenseur des droits

Dans le cadre de son tour des régions Jacques Toubon, le défenseur des droits, est en visite en Corse, ce mercredi 15 mai. / © Bertrand Guay / AFP
Dans le cadre de son tour des régions Jacques Toubon, le défenseur des droits, est en visite en Corse, ce mercredi 15 mai. / © Bertrand Guay / AFP

Dans le cadre de son tour des régions Jacques Toubon, le défenseur des droits, est en visite en Corse, ce mercredi 15 mai. Au programme : la santé et plus particulièrement l'accès à des soins de qualité en tenant compte de l’insularité. Une problématique qu'il a évoquée avec des élus locaux. 

Par France 3 Corse ViaStella

Christine et Sébastien ont vécu le calvaire des parents contraints de traiter le cancer de leur petite fille à Paris. 

Problème : la sécurité sociale reconnaît la nécessité de se soigner à Nice ou à Marseille, mais pas à Paris. L'association Inseme a fait l'avance des frais. 
 
La santé au cœur de la visite en Corse de Jacques Toubon, défenseur des droits
Intervenants - Christine Bérenguer, Mère d'une enfant malade ; Laëtitia Cucchi, présidente de l'association Inseme ; Florence Ottavy,Membre de l'URPS, l' Union régionale des professionnels de santé Equipe - Dominique Moret ; Franck Rombaldi ; Anastasia Mordin.


Le rôle de Jacques Toubon, défenseur des droits, est de favoriser l'égalité des citoyens vis-à-vis de l'accès aux soins. En Corse, aux difficultés de l'insularité, s'ajoutent des règles administratives complexes. « Lorsqu’il est écrit quelque part dans le code de la sécurité sociale que pour tout déplacement au-delà de 150 kilomètres, il y a obligation d’un accord préalable, la Corse est à 160 kilomètres. Il a des aberrations », regrette Laëtitia Cucchi, présidente de l'association Inseme. 


Comment favoriser l'accès aux spécialistes dans le rural ?


Le défenseur des droits a également rencontré les acteurs de la santé. Avec cette question : comment favoriser l'accès aux spécialistes dans le rural ? 

En dermatologie, une expérimentation en télémédecine s'est avérée efficace. « Ca consiste à envoyer une photo par le médecin généraliste au médecin spécialiste avec une brève histoire clinique. Le spécialiste répond à l’avis demandé du médecin généraliste. À l’heure actuelle nous en sommes à plus de 900 cas en quatre ans. Nous avons économisé 75 000 kilomètres », se félicite Florence Ottavy, membre de l'URPS, l’union régionale des professionnels de santé. 

Entretien avec Jacques Toubon, défenseur des droits
Entretien avec Jacques Toubon, défenseur des droits
Intervenants - Jacques Toubon, défenseur des droits. Equipe - Dominique Moret ; Franck Rombaldi ; Anastasia Mordin.

Lorsque le médecin apparaît comme étant trop éloigné, les patients renoncent aux soins. Une situation jugée intolérable.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Orages en Haute-Corse : le préfet fait le point sur la situation

Les + Lus