Santé : en Corse, les frais journaliers d’hébergement en Ehpad ont augmenté

© Cassandre Dumain/FTVIASTELLA
© Cassandre Dumain/FTVIASTELLA

Bénéficier d'un séjour en Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) devient de plus en plus onéreux. Sur décision de l'Assemblée de Corse en concertation avec l'agence régionale de santé, le forfait journalier d'accueil long séjour a bondi de 67 à 78 euros. 

Par France 3 Corse ViaStella

Depuis plusieurs semaines, une lettre est envoyée aux personnes dépendantes (retraitées, âgées, handicapées) ou leurs proches. Ils sont avertis que la collectivité unique a augmenté de façon rétroactive les frais journaliers d’hébergement

Ils passent de 67 à 78 euros dans les Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) comme à l’hôpital. Une hausse de 11 euros par jour, soit 400 euros par mois

 
Santé : en Corse, les frais journaliers d’hébergement en Ehpad et à l’hôpital ont augmenté
Intervenants - Josette Risterucci, Déléguée Santé CGT du Centre hospitalier de Bastia ; Sabrina Dominici, Secrétaire médicale. Equipe - Pierre Nicolas ; Cassandre Dumain ; Joseph Ienco.



« On aurait pu harmoniser vers le bas » 


Josette Risterucci, syndicaliste CGT, spécialiste de la santé et longtemps conseillère territoriale est scandalisée. « Quand on parle de précarité en Corse et de s’inquiéter de la prise en charge des personnes âgées et de la dépendance, c’est assez maladroit. Mais c’est aussi normal puisque l’on savait qu’avec la fusion des trois collectivités, il y avait des tarifs différents entre les deux départements. 

C’était moins cher en Haute-Corse et forcément, il devait y avoir une harmonisation des tarifs. Mais pourquoi une harmonisation vers le haut ? Si on avait voulu être généreux, on aurait pu harmoniser vers le bas. Certains assurés font le choix entre payer une mutuelle, ou payer une facture d’électricité ou manger
», explique-t-elle. 

À l’hôpital de Bastia, Sabrina Dominici, secrétaire médicale, s’inquiète pour son père âgé de 86 ans. « On a privilégié le maintien à domicile parce que nous n’avions pas d’autre solution. C’est trop coûteux et je n’ai pas les revenus pour pouvoir le placer. Il gagne bien en tant que retraité, mais pas assez pour pouvoir prétendre à ce genre de structure. On n’a pas eu le choix, on se relaye. On n’a pas d’autre choix », livre-t-elle.

À partir de janvier 2019, le tarif journalier des personnes dépendantes sera moins augmenté, mais augmenté quand même. Le problème pour les familles restera donc. 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Ajaccio : une soixantaine de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer conviée au musée Fesch

Les + Lus