Sécheresse : des éleveurs insulaires s’organisent pour acheter leur fourrage sur le continent

Elevage de vaches dans le centre de la Corse (illustration). / © FTVIASTELLA
Elevage de vaches dans le centre de la Corse (illustration). / © FTVIASTELLA

La pluie des derniers jours ne changent rien, les agriculteurs restent confrontés à la sécheresse. Les éleveurs ont déjà dû acheter du fourrage sur le continent pour nourrir leurs troupeaux. Une livraison a eu lieu ce mardi matin.

Par France 3 Corse ViaStella

Ils l'attendaient depuis des semaines. Une remorque de 14 tonnes de foin venue de la plaine de la Crau dans le Var.

Pour réduire les coûts de cet achat imprévu, les commandes ont été mutualisées et des dons vont permettre aux agriculteurs de payer les frais de transport du fourrage. « On pense que la solidarité et les démarches collectives sont centrales dans ce genre d’action pour pallier aux déficiences de l’État », témoigne Paul-André Fluixa, secrétaire régional Via Campagnola.

Un achat nécessaire car les exploitants n'ont pas pu faire de stock de fourrage cet été. Sur l'exploitation d'Anthony Baldovini, il n'est tombé que 20 millimètres de pluie en six mois.

Sécheresse foin
Intervenants : Paul-André Fluixa Secrétaire régional Via Campagnola ; Anthony Baldovini, Exploitant agricole ; Laurent Pinatel, Secrétaire national Confédération Paysanne. Reportage : WORMSER Camille ; CEZARD Quentin ; GINESTE Christophe

Des difficultés qui ne sont pas entendues


Ce mardi matin, le ciel semblait être de leur côté. Mais la sécheresse a obligé l'exploitant a dépensé 5 000 euros pour nourrir ses bêtes. « On a un problème pour cette année en termes de trésorerie pour commencer la campagne. Mais vraisemblablement ça perdurera tout au long de l’année, jusqu’à la campagne prochaine », indique Anthony Baldovini, exploitant agricole.

Un problème qui révolte le secrétaire national de la Confédération paysanne. Les difficultés des exploitants corses ne sont toujours pas entendues par le gouvernement et par le ministre de l'Agriculture Stephane Travert.

Prochaine étape : une rencontre avec le ministre de la Transition Écologique Nicolas Hulot. Pour permettre aux bêtes de passer la saison hivernale en toute quiétude.


A lire aussi

Sur le même sujet

Fouille à nu

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne