• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Sports et loisirs : l’essor des parcs de jeux en Corse

© Stéphane Lapera/FTVIASTELLA
© Stéphane Lapera/FTVIASTELLA

Depuis une dizaine d'années, les parcs de jeux se sont développés. Ils proposent des activités sportives entre amis ou l’organisation d’anniversaire pour les enfants. Comment s’organisent ces nouvelles entreprises ? Réponse dans un établissement de Furiani. 

Par France 3 Corse ViaStella

Une famille aixoise est venue passer quelques jours en Corse. Elle ne connaissait pas les parcs de jeux, elle y est arrivée grâce à la pluie. Pour passer la journée dans cet établissement, il faut compter 10 euros par enfant, un prix auquel il faut ajouter les consommations. 

Un budget, mais ils ne trouvent pas ça prohibitif. « Pour nos enfants, on ne regarde pas forcément. C’est toute la journée, ce n’est pas non plus excessif. On paye l’entrée, mais le principal, c’est que les enfants s’amusent », explique Mélanie, une mère de famille. 

 

Anniversaire


Il y a quatre ans, Florence Dumas crée le parc de jeux à Furiani. Derrière son comptoir, elle prépare des snacks sucrés et salés à toute heure. « Si vous voulez qu’ils restent, il faut qu’il y ait de quoi les nourrir. Et puis ils ont soif tous ces enfants quand ils jouent. C’est un service supplémentaire, on a des repas et des menus enfant adaptés avec un prix assez accessible à six euros complet, avec le dessert et la boisson », explique-t-elle. 

Pour cet établissement, le snack est essentiel, car il représente un quart du chiffre d’affaires du parc, un autre quart provient des entrées. Mais le service qui lui rapporte le plus, c’est l’organisation d’anniversaires, la moitié de son chiffre d’affaires provient de cette activité. 

Ce jour-là, Daniel fête ses sept ans. Gâteaux, boissons, bonbons, mascotte et accès libre au parc, un anniversaire clef en main qui a coûté 240 euros pour 15 enfants. « Ce n’est pas cher, parfois, on va dans des boulangeries et on paye 100 euros pour un gâteau. Et là, les enfants ont plus d’espace pour s’amuser », indique Maria Gomes da Cruz, maman de Daniel. 

 
Sports et loisirs : l’essor des parcs de jeux en Corse
Intervenants - Mélanie, une mère de famille ; Florence Dumas, créatrice d'un parc de jeux à Furiani ; Maria Gomes da Cruz, maman de Daniel. Equipe - Maia Graziani ; Stéphane Lapera.
 

Super dossier 


Entre le rez-de-chaussée et la mezzanine, le parc s’étend sur 1 400 mètres carrés. Florence Dumas et son mari ont investi 800 000 euros pour acheter les murs et aménager le parc avec des jeux sur-mesure et une décoration de pirates. 

Mais il a fallu convaincre les banques. « L’investissement était gros. On a eu de la chance parce qu’on a eu les cinq ans d’expérience de notre première salle. Ils ont vu qu’on était crédible, que les affaires marchaient qu’on n’avait jamais eu d’accident de paiement. Ils ont suivi, mais il a fallu monter de super dossier avec des super garanties », raconte Florence Dumas. 

Dans super dossier, il faut comprendre le moins de dépenses possibles. En travaillant en famille, l’entreprise économise sur les charges de personnel. Mais elle réduit aussi les achats de marchandises, ou les frais de communication en privilégiant le fait maison. 

Certains coûts comme l’entretien des structures restent incompressibles, car les dégradations sont inévitables et le matériel onéreux. Et il ne faut pas oublier l’investissement, car pour continuer à séduire la clientèle, il faut toujours se renouveler. 


 

Sur le même sujet

Sartène : des lycéens lancent leur lessive écologique

Les + Lus