Territoriales – Entretien avec Jean-Martin Mondoloni, “La voie de l'avenir”

Territoriales – Entretien avec Jean-Martin Mondoloni, "La voie de l'avenir" / © FTVIASTELLA
Territoriales – Entretien avec Jean-Martin Mondoloni, "La voie de l'avenir" / © FTVIASTELLA

Jean-Martin Mondoloni est le leader de "La voie de l'avenir", l'une des deux listes à droite, pour les élections territoriales du 3 et 10 décembre prochains.

Par France 3 Corse ViaStella

"Je milite pour un pacte de confiance entre Corses qui ne veulent surtout pas choisir la voie sur laquelle la majorité territoriale actuelle veut nous entraîner, au bénéfice d'explications qui ne sont pas très lisibles", déclare Jean-Martin Mondoloni, tête de liste "La voie de l'avenir, a strada di l'avvene".

"Vous avez sur une même liste des indépendantistes, des gens qui militent pour l'auto-détermination, d'autres qui militent pour l'indépendance. Nous, résolument, nous avons choisi une autre voie, celle qui consiste à ancrer la Corse dans la modernité et à l'ancrer dans la République."

Territoriales – Entretien avec Jean-Martin Mondoloni, "La voie de l'avenir"

"Rassembler dans mon camp et un peu au-delà"

"Il n'y aura pas d'alliance avec le Front National entre les deux tours, prévient Jean-Martin Mondoloni. Pour autant le leader de "La voie de l'avenir" veut en finir avec "le temps où l'on tripatouillait au 3ème tour".

"Dès le soir du 1er tour, en fonction des résultats et j'espère que ces résultats donneront à ma liste la capacité à entraîner une dynamique (...) pour rassembler dans mon camp et un peu au-delà".

Dans son programme, Jean-Martin Mondoloni souhaite revisiter le Padduc, le Plan d'Aménagement et de Développement Durable de la Corse. Une position durement critiquée par les associations de défense de l'environnement. 

"Le Padduc doit répondre à cette volonté que nous partageons tous de préserver l'environnement. Le gage que je donne, c'est de demander au Conservatoire du littoral de préempter davantage d'espaces remarquables."

"Là où il y a des espaces stratégiques agricoles qui ne révèlent pas d'une fonction agronomique démontrée, je considère qu'il va falloir libérer de l'espace (…), en refaisant des maires des aménageurs du territoire, ce qui ne veut pas dire des bétonneurs à tous crins".

A lire aussi

Sur le même sujet

suivez les élections régionales sur France Info

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Jean d’Ormesson : « ce que je peux trouver partout dans le monde est moins beau que la Corse.

Près de chez vous

Les + Lus