• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Tourisme : le week-end de mi-juillet, baromètre de la saison estivale

© MaxPPP
© MaxPPP

Le feu d'artifice du 14 juillet donne en général le coup d'envoi de la haute-saison touristique. Un mois d'intense activité pour les professionnels du secteur, qui devra cette année contrebalancer une avant-saison plutôt morose...

Par Sébastien Bonifay

Il y a les résultats du bac, les personnes commencent à se décider à partir un peu plus tard en vacances, alors on sait que la mi-juillet, c'est là où la saison débute réellement.
 

Alors ce week-end Florian Martin Tafanelli supervisait avec minutie le déroulement des opérations, à l'office du tourisme de l'Ornano et du Taravo, dont il est le directeur.

 

Le port de Bonifacio, l'un des lieux les plus visités par les touristes / © E. ARRAUDEAU / FTVIASTELLA
Le port de Bonifacio, l'un des lieux les plus visités par les touristes / © E. ARRAUDEAU / FTVIASTELLA

 

Le coup d'envoi de la saison


Les professionnels du tourisme et les commerçants insulaires le savent bien. 
Le 14 juillet, c'est traditionnellement le signal du départ de la haute-saison.

A ce titre, la Corsica Ferries, l'une des compagnies maritimes qui dessert l'île, a transporté à elle seule 62.000 personnes hier et avant-hier.

 



Jusqu'à la semaine du 15 août, la majeure partie des vacanciers 2019, des centaines de milliers de touristes venus du continent, d'Italie, d'Allemagne, mais également, de plus en plus, du nord de l'Europe, vont défiler en Corse. 

Pour goûter à ses journées ensoleillées, à ses paysages, et à ses plages réputées. 

 

Difficile de dénicher un coin de sable vide en Corse depuis le week-end dernier... / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Difficile de dénicher un coin de sable vide en Corse depuis le week-end dernier... / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

 


Une haute-saison encore trop étriquée 

 

Un mois pour réaliser la plus grosse partie de l'activité de l'année...

C'est court. 

D'autant que l'avant-saison, déjà habituellement pas vraiment surpeuplée, a été morose. 
La météo n'a pas permis aux professionnels du tourisme de voir arriver la haute-saison avec l'esprit serein...

 



En mai et durant la majeure partie du mois de juin, les hôtels ont subi une forte baisse de leurs réservations.
Et les restaurants ont enregistré des chiffres d'affaire en chute, pour certains, de 30 à 50 %....

Alors ces quatre semaines, cette année, vont être plus capitales encore que d'habitude. 
Même si ce sera difficile. C'est en tout cas l'avis de Benoît Chaudron, directeur d'hôtel. 
 

Refaire les mêmes chiffres que l'an dernier sur août et septembre ce serait déjà bien mais on ne rattrapera pas le retard.

 

Le chassé-croisé de fin juillet début août, le moment le plus chargé de l'année pour les ports et les aéroports insulaires / © BEP/NICE MATIN
Le chassé-croisé de fin juillet début août, le moment le plus chargé de l'année pour les ports et les aéroports insulaires / © BEP/NICE MATIN

 


Rester ouverts jusqu'à novembre?
 

La situation, une nouvelle fois, rappelle à quel point, pour les professionnels, il est primordiale d'arriver à étirer la saison, pour que l'activité touristique se fasse sur la moitié de l'année, et qu'un mauvais mois puisse être gommé par le mois suivant...

Benoît Chaudron s'est déjà mis dans cet état d'esprit.

On aimerait bien pousser la saison, nous, jusqu'au 26 octobre, la première semaine des vacances de la Toussaint. Pour étaler la saison, permettre au personnel de rester plus longtemps...
Et puis un jour, pourquoi pas, on arrivera à rester ouverts tous les mois de septembre, octobre, et novembre...
 

Voilà, au moins, une chose sur laquelle tous les restaurateurs, les hôteliers, et les commerçants de l'île sont bien d'accord...

 

 

Sur le même sujet

La dédicace de Nicolas Sarkozy à Baleone attire près d’un millier de personnes

Les + Lus