• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Tourisme : la Corse vue de voilier

Direction le large, l'eau turquoise et la tranquillité pour cette bande d'amis / © Viastella
Direction le large, l'eau turquoise et la tranquillité pour cette bande d'amis / © Viastella

Un genre de tourisme en plein essor, la location de bateaux. Les réservations s'accumulent, et les loueurs affichent complet. Alors que le bilan de la saison touristique s'annonce morose, le secteur navigue à contre-courant.

Par Sébastien Bonifay

Comme beaucoup d'autres, Pierre et ses amis viennent en Corse, au mois d'août.
Mais pour eux, pas de plages où il faut se pointer à l'aube pour trouver un coin de sable, de restaurants bondés et d'embouteillages. 

Ils ont loué un bateau et quittent le port d'Ajaccio pour le sud de l'île, et peut-être, si le coeur leur en dit, les côtes de la Sardaigne. 
Ils sont passionnés de voile et les vacances, pour eux, c'est comme ça et pas autrement. 

C'est vivre une semaine avec les gens que j'aime.

Ils les prennent à leur rythme, et loin de tout. 
Ou presque. 
 
Il faut compter 2600 euros la semaine pour un bateau comme celui-ci / © viastella
Il faut compter 2600 euros la semaine pour un bateau comme celui-ci / © viastella

Parce qu'il va quand même falloir vivre à 5 sur un bateau, pendant quelque temps. 
Alors mieux vaut bien s'entendre. 

Mais pour Pierre, c'est là que réside tout le plaisir de la chose. "L'idée, c'est de vivre une semaine avec des gens que j'aime. Ce sont des moments d'échanges, des moments où on mange ensemble, où on va se baigner ensemble..."
Pour la semaine, la location reviendra à 2600 euros à la bande d'amis. 
 
Le port Tino Rossi / © ViaStella
Le port Tino Rossi / © ViaStella

A Ajaccio, au port Tino Rossi, 4 sociétés proposent ce type de prestation. 
Et si les professionnels du tourisme, cette saison, font un peu grise mine, le secteur, lui, ne connaît pas la crise. 
Le cahier des réservations affiche complet. 

Des vacances pas comme les autres

Pour Edmée Plaisant, présidente de la société Corsazur, il y a une explication à cela.
Essayer le tourisme de plaisance, c'est l'adopter. "Une fois qu'on a le virus de la voile, qu'on est piqué, on ne peut plus arrêter. La plupart du temps ce sont des gens qui aiment ça depuis tout petits, qui ont navigué avec leurs parents, et qui le perpétuent. Un jour, on devient à son tour skipper, et on amène ses propres enfants. Alors nos clients, ce sont beaucoup de familles". 
 
Edmée accueille les vacanciers qui s'apprêtent à prendre la mer / © viastella
Edmée accueille les vacanciers qui s'apprêtent à prendre la mer / © viastella

C'est le cas de la famille Ladou, qui vient de rendre le bateau loué, après avoir navigué le long des côtes corses. Ils viennent de rendre leur bateau et Axel, le petit dernier, est encore sous le charme. "On avait une eau turquoise, on avait des poissons, l'eau était très chaude, à 27 degrés! C'était top."
La plaisance compte un futur skipper de plus, apparemment.

Une condition sine qua non : savoir naviguer

Skipper, il faut l'être quand on loue l'un de ces bateaux.
Les plaisanciers sont livrés à eux-mêmes, personne ne les accompagnera durant leur séjour sur l'eau. Mais la famille Ladou était bien préparée, et consciente des réalités de la navigation, comme nous le confie Sandra : "quand on tombe sur une semaine où les conditions sont idéales, c'est bien parce que ça autorise pas mal de mouillage, mais quand c'est plus compliqué, il faut savoir où on peut se mettre bien à l'abri..." 

Tout s'est bien passé, et il est maintenant temps de reprendre l'avion pour Paris
Mais la famille Ladou a le virus, alors ce n'est qu'un au revoir...
 
 
Le tourisme en Bateau
Intervenants - Axel Laudou Vacancier Sandra Laudou Vacancière Edmée Plaisant Présidente de la société Corsazur Pierre Morize Vacancier Equipe - PERROUX Ophélie BONTE BARATCIART Cécile SEBAYHI Alexandra

Sur le même sujet

Porto : dans la famille Denizart, on travaille le corail de génération en génération

Les + Lus