Tuerie des Marronniers : Jacques Mariani condamné à 5 ans de prison pour subornation de témoin

Archivs - Jacques Mariani devant la cour d'appel d'Aix en Provence le 18 mars 2013. / © Sophie SPITERI / MAXPPP
Archivs - Jacques Mariani devant la cour d'appel d'Aix en Provence le 18 mars 2013. / © Sophie SPITERI / MAXPPP

Jacques Mariani, considéré comme un héritier de la bande criminelle corse de la "Brise de Mer", a été condamné, en appel à Aix-en-Provence, à cinq ans de prison pour subornation de témoin en récidive dans le cadre de l'affaire connue sous le nom de la "tuerie des marronniers".

Par GB / France 3 Corse ViaStella

Condamné en janvier 2018 à cinq ans de prison par le tribunal correctionnel de Marseille, Jacques Mariani a fait appel de sa condamnation. Il a été condamné mardi à  cinq ans de prison par la cour d'appel d'Aix-en-Provence.

La justice lui reproche d'avoir orchestré en octobre 2012 une déposition favorable à Ange-Toussaint Federici, fiché au grand banditisme corse, alors jugé en appel par la cour d'assises du Var pour un triple assassinat commis en avril 2006 dans un bar marseillais connu sous le nom de la "tuerie des marronniers".

Jacques Mariani, alors incarcéré à la centrale de Saint-Maur (Indre), est accusé d'être intervenu auprès de l'un de ses codétenus et lieutenant d'une des victimes de la tuerie, afin qu'il témoigne en faveur d’Ange-Toussaint Federici en échange d'une somme de 130 000 euros.
 

Guet-apens mortel 


Jacques Mariani, considéré comme un héritier de la bande de la "Brise de Mer", est actuellement incarcéré à la prison des Baumettes pour extorsion de fonds en bande organisée. Il a également été condamné en 2008 à 15 ans de réclusion pour assassinat.

Dernièrement, il a été extrait de sa cellule pour être entendu par les enquêteurs dans l'enquête sur le guet-apens mortel à l'aéroport de Bastia, qui a vu tomber deux figures du banditisme en décembre. Dans ce dossier, dix-neuf personnes ont été mises en examen.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Déchets : des élus du Fium’orbu-Castellu refusent de recevoir plus de 43 000 tonnes par an 

Les + Lus