• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ultimatum pour Emmanuel Macron ?

Conférence de presse de Femu a Corsica / © Partitu FAC
Conférence de presse de Femu a Corsica / © Partitu FAC

Femu a Corsica s'adresse au Président de la République. Le parti nationaliste demande des réponses aux revendications votées par la Collectivité de Corse. Dans le cas contraire une grande mobilisation serait organisée.

Par Lionel Luciani

À l'annonce de la visite d'Emmanuel Macron le mardi 19 Mars, le parti nationaliste Femu a Corsica exige de celui-ci "des gestes forts" et "des signes tangibles d'une volonté politique réelle d'ouvrir le dialogue".

Plusieurs thématiques sont abordées :
 
  • Le statu quo sur la Réforme Constitutionnelle, à l'arrêt depuis l'affaire Benalla. Femu a Corsica demande l'ouverture d'une discussion autour d'une loi organique.
     
  • La question des prisonniers politiques, avec le rapprochement des trois prisonniers encore détenus sur le continent.
     
  • La reconnaissance de la langue corse, avec la prise en compte du vote en faveur de la co-officialité à la Collectivité de Corse.
     
  • Sur la problématique économique et sociale avec un appui concret de l'Etat suite à la conférence sociale de l'assemblée de Corse notamment sur le prix des carburants.
     
  • Le volet énergétique, ici Femu a Corsica réclame à l'Etat des moyens suffisant pour l'île afin d'atteindre l'autonomie énergétique.
     
  • De plus, les nationalistes demandent "une véritable stratégie macro-territoriale méditerranéenne pilotée par la Collectivité".
 

Le Président de la République ne peut pas venir en Corse, après son rendez-vous manqué de l'an dernier, uniquement pour une parodie de consultation et un show sur le plan de la communication. La Corse entière attend autre chose. 

Ce communiqué confirme une fois de plus les tensions entre la majorité territoriale et le gouvernement. Précédemment le Président de l'Exécutif Gilles Simeoni a refusé de s'entretenir avec Emmanuel Macron. Après bon nombre de rendez-vous manqués, celui du 19 Mars prochain s'annonce déjà tendu.
 



 
 
 

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus