• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Violences faites aux femmes, rassemblement à Ajaccio

(Archives) Une centaine de personnes s'est rassemblée samedi soir à Ajaccio à la mémoire de Savannah Torrenti, battue à mort par son compagnon. / © FTVIASTELLA
(Archives) Une centaine de personnes s'est rassemblée samedi soir à Ajaccio à la mémoire de Savannah Torrenti, battue à mort par son compagnon. / © FTVIASTELLA

Une centaine de personnes s'est rassemblée samedi à Ajaccio pour dénoncer les violences faites aux femmes, en marge de la journée de mobilisation #NousToutes. La Corse reste très préservée. C'est la région de France où l'on enregistre le moins d'affaires de violences sexuelles.

Par France 3 Corse ViaStella avec AFP

Une centaine de personnes s'est rassemblée samedi à Ajaccio pour dénoncer les violences faites aux femmes, en marge de la journée de mobilisation à l'appel du mouvement citoyen #NousToutes, pour se souvenir de Savannah Torrenti.

Le 1er mai 2016, la jeune femme âgée de 23 ans, était décédée battue à mort par son compagnon, dans un appartement d'Ajaccio. 

Né en septembre et appuyé par plusieurs associations, le mouvement #NousToutes entend dénoncer les violences sexistes et sexuelles, un an après #MeToo, qui a fait bondir de 23% le nombre de cas de violences sexuelles signalées à la police.

Les investigations sur les violences sexuelles sont particulièrement sensibles. En Corse, ce genre de dossiers reste rare mais nécessite une prise en charge particulière.

"Dans les premières auditions, nous allons voir resurgir le détail, le plus précieux pour nous, pour permettre d'identifier les auteurs mais aussi pour permettre d'avoir une confirmation de ce que raconte la victime", explique le capitaine Daniel Roussette, adjoint au commandant de la compagnie de gendarmerie de Bastia. 
 
Les difficiles enquêtes pour violences sexuelles sur mineur
Intervenants - Capitaine Daniel Roussette, adjoint Commandant de Compagnie de Gendarmerie de Bastia; Rosy Sarrola, présidente régionale de l'association Femmes Solidaires; Christine Delpy, psychologue; Equipe - Kael Serreri, Stéphane Lapera.

En France, en 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours. Chaque année, près de 220.000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-compagnon, selon des chiffres 2017 officiels.

En outre, plus de 250 femmes sont violées chaque jour, et une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.

En Corse, la population reste préservée. C'est la région de France où l'on enregistre le moins d'affaires de violences sexuelles, 0,41 faits pour 1000 habitants. 

Reste que tous les cas ne sont pas dénoncés : prendre la parole est difficile pour les victimes. Seules 8% des victimes déposent plainte.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus