• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Visite d'Édouard Philippe en Corse : Gilles Simeoni se dit « prêt au dialogue »

Gilles Simeoni, président du conseil de Corse, a indiqué être « prêt au dialogue » et a précisé qu’il recevra le chef du gouvernement à Bastia. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
Gilles Simeoni, président du conseil de Corse, a indiqué être « prêt au dialogue » et a précisé qu’il recevra le chef du gouvernement à Bastia. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP

Le Premier ministre, Édouard Philippe, sera en Corse les 3 et 4 juillet prochains. Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, a indiqué être « prêt au dialogue » et a précisé qu’il recevra le chef du gouvernement à Bastia. 

Par A.A / France 3 Corse ViaStella avec AFP

Gilles Simeoni est « prêt au dialogue » avec le Premier ministre. Le président du conseil exécutif de Corse a annoncé qu’il recevrait Édouard Philippe à Bastia le 3 juillet lors de son arrivée à Bastia. Un entretien qui se fera également en présence de Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse. 

 


« Je redirai au Premier ministre que l'État doit changer de cap dans l'île et ouvrir un véritable dialogue politique. Je suis prêt à ce dialogue et il me semble indispensable de l'engager. Le Premier ministre est-il prêt à annoncer un acte 2 des relations entre l'Etat et la Corse ? Dans ce cas, sa visite ouvrira une nouvelle séquence politique. Dans le cas contraire, elle sera une nouvelle occasion manquée », a indiqué le président du conseil exécutif de Corse. 


Absents à Cozzano 


Lors du rassemblement à l’appel de Femu a Corsica, samedi 29 juin, Gilles Simeoni a interpellé le Premier ministre. Et s’est notamment interrogé sur la volonté de l’État d’aider la Corse à obtenir la « reconnaissance du fait insulaire auprès des institutions communautaires dans la prochaine politique européenne. »

 


En avril dernier, les présidents du conseil exécutif de Corse et de l’Assemblée, ont refusé de participer à la visite d’Emmanuel Macron à Cozzano, dans le cadre du grand débat, estimant que leurs revendications n’étaient pas entendues. 

 


Tous deux réclament notamment l’inscription de la Corse dans la Constitution, la coofficialité de la Corse et le rapprochement des prisonniers corses. 


 

Sur le même sujet

ITW - Monte Gozzi : le randonneur disparu retrouvé mort

Les + Lus