• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Visite d’Emmanuel Macron en Corse : l’opération Isula morta sera-t-elle suivie ? 

© Typhaine Urtizverea / FTVIASTELLA
© Typhaine Urtizverea / FTVIASTELLA

Les nationalistes appellent à une action Isula morta jeudi. Ce type de manifestation n'a plus eu lieu depuis de nombreuses années. Sera-t-elle suivie ? 

Par France 3 Corse ViaStella

Au coeur de la rue Napoléon, un bar à fromages baissera son rideau jeudi après-midi. Le commerçant participera à l'opération Isula Morta participera par militantisme, mais aussi pour réclamer la création d'un statut fiscal et social.

« Si j’étais à Marseille, ma livraison serait incluse, là actuellement, je suis obligé de payer 135 euros de plus par palette pour faire traverser uniquement une seule palette de fromage. Sachant que j’en fais entrer deux à trois par semaine, c’est un surcoût qui n’est pas négligeable et ça se ressent sur le coût des fromages ici », déplore Gaëtan Tullio, commerçant. 

 


Pour l'heure, la mobilisation semble plutôt faible. Une carte interactive répertorie les commerces qui fermeront : seule une cinquantaine sur toute l'île s’est déclarée à deux jours de la manifestation. Et pourtant la réussite, ou non, d'une Isula morta se résume à une guerre d'images, notamment le nombre de rideaux fermés dans les artères principales de Bastia et d'Ajaccio.

À l'appel lancé par la majorité territoriale, s'est joint le STC [syndicat des travailleurs corses] qui a déposé un préavis de grève dans toute la fonction publique. « On n’a pas la prétention de paralyser pour paralyser, mais démontrer que son voyage ne peut pas passer comme ça, comme il a fait ailleurs. Ce n’est pas quelques personnes qui se mobilisent pour dire qu’ils ne sont pas d’accord. C’est des milliers de personnes qui ne sont pas d’accord », souligne Jean Brignole, secrétaire national du STC.
 

Les trains cloués à quai


Cette opération Isula Morta devrait perturber les ports et aéroports, même s'il est difficile de savoir dans quelle mesure, l'université de Corse pourrait fermer ses portes. Enfin, des perturbations auront lieu dans les services des villes de Bastia et d'Ajaccio.

 
Visite d’Emmanuel Macron en Corse : l’opération Isula morta sera-t-elle suivie ? 
Intervenants - Gaëtan Tullio, Commerçant ; Jean Brignole, Secrétaire National du S.T.C. ; Alexandre Moll, Délégué syndical C.G.T. des Chemins de Fer de la Corse. Equipe - Pierrick Nannini ; Typhaine Urtizverea ; Melissa Maitrel.


Une première conséquence déjà : tous les trains resteront cloués à quai jeudi. En cause, la gronde sociale de la CGT qui s'ajoute à celle du STC. « On conteste sa politique, nationale et aussi régionale, sa destruction des services publics que ce soit dans les transports ou les hôpitaux », soutient Alexandre Moll, délégué syndical CGT des Chemins de Fer de la Corse. 

Les nationalistes réfléchissent également à fermer les services de la Collectivité de Corse, le siège du pouvoir. Ce serait un symbole fort adressé au chef de l'État.
La préfecture de Corse sera, elle, exceptionnellement fermée jeudi matin, sans aucun lien avec Isula Morta, mais en raison de la présence d'Emmanuel Macron qui y passera la nuit de mercredi à jeudi.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Contexte tendu dans le monde agricole corse 

Les + Lus