Dans le Boziu, la population se sent délaissée par les autorités

Le Boziu souffre encore des conséquences des intempéries du 24 novembre. Plusieurs routes départementales sont en très mauvais état. Sur place, la population et les maires des villages se sentent délaissés.

Par France 3 Corse ViaStella

Des villages et hameaux perchés à 800m d’altitude dont l’accès reste problématique. Trois mois après les intempéries de novembre, les routes du Boziu font peine à voir. Même si les habitants sont habitués des petites routes, cette fois, rouler dans ces conditions s’avère dangereux.

Reconstruit en 2011, ce mur de soutènement s’est fissuré lors des dernières intempéries. Pour les habitants et élus de la région, la nature n’est pas la seule responsable, vue l’ampleur des dégâts.

« Quand on passe le goudron, au printemps quand il pleut un peu, on voit tout de suite l’herbe qui passe à travers. On dirait qu’ils le passent au pinceau. Alors qu’il y a des régions qui le grattent pour en faire d’autres couches », raconte Dominique Risterucci, adjoint à la mairie d'Alzi.

Le président du Conseil départemental de la Haute-Corse s’est rendu sur place afin d’informer la population et les maires sur les travaux à venir. François Orlandi reconnaît que le Boziu a été délaissé, tout comme d’autres secteurs : « ces régions méritent des attentions qu’elles n’ont pas toujours eues. Nous nous efforçons de répondre à l’attente des populations qui restent et qui sont, hélas, de moins en moins nombreuses ».

3,7 millions d’euros seront consacrés au Boziu. Mais les habitants souhaitent plus. Ils souhaitent un véritable réseau routier, afin d’accueillir les autocaristes et désenclaver enfin la région.

Sur le même sujet

Les + Lus