• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Anticor s’étonne du silence après la remise d’un prix à deux maires de Haute-Corse

L’association Anticor a récompensé début janvier David Brugioni, maire de Centuri et Severin Medori, maire Linguizzetta pour « leur courage dans la défense d’une culture de la probité, de la légalité et de l’intégrité dans leurs communes » / © Anticor
L’association Anticor a récompensé début janvier David Brugioni, maire de Centuri et Severin Medori, maire Linguizzetta pour « leur courage dans la défense d’une culture de la probité, de la légalité et de l’intégrité dans leurs communes » / © Anticor

Créée en 2002, l'association ANTICOR remet des prix de l'éthique à des personnalités luttant pour une plus grande démocratie et une probité dans l'exercice de leur fonction. Pour la première fois, 2 prix ont été attribués à des maires insulaires: David Brusgioni et Séverin Medori. 
 

Par P.S.

La question foncière, la réponse face à des menaces, lui avaient valu d’être primé en 2016 par l’association Falcone, un organisme anticorruption. Pour ce même motif Séverin Medori, maire de Linguizzetta, vient de recevoir un prix de l’association Anticor.

« Je pense qu’Anticor a tenu à montrer que la Corse était une zone difficile, des livres le prouvent, des articles. Des maires qui luttent il y en a bien d’autres, qui ne le disent pas et que je veux associer aussi à ce prix. Anticor veut montrer que c’est une terre qui n’est pas une zone de non-droit, telle qu’elle est définie souvent par les médias français », estime-t-il.
Deux maires de Haute-Corse récompensés par Anticor pour leur éthique
Intervenants -Séverin Medori, maire de Linguizzetta // Dominique Yvon, référent régional Anticor corse Equipe - Anne-Marie Leccia, Daniel Bansard

Linguizzetta est une commune de la Plaine orientale tournée vers l’agriculture. La majorité de ses terres y sont des espaces stratégiques agricoles. Le combat de Séverin Medori a aussi été de stopper l’urbanisation sauvage du littoral. Lorsqu’il a reçu des menaces il a fait le choix d’en parler. Il est persuadé que cette publicité l’a aidé.

« Je n’ai plus aucune menace. Nous sommes en train de refaire le PLU [plan local d’urbanisme, ndlr] nous n’avons aucune menace, il y a la faillite du domaine Casbianca, nous n’avons aucune pression », relate-t-il.

David Brugioni est le second lauréat corse du prix de l’éthique d’Anticor. Un soutien bienvenu pour lui face aux intimidations et attentats survenus depuis 2014 contre son domicile ou sa mairie. L’association Anticor s’étonnait en revanche du manque de réaction à l’annonce des récompenses.
 

"Un silence assourdissant"

« Il y a deux maires qui sont honorés, qui rehaussent l’image de la Corse, qui montrent une Corse qui existe, qui est réelle mais celle qu’on ne montre pas. C’est un silence. C’est un silence assourdissant. Peu de félicitations et peu de collègues ont appelé pour les féliciter. Même au niveau au-dessus personne ne les a sollicités », regrette Dominique Yvon, référent régional Anticor corse.

En quatre ans, le maire cap corsin a déposé une cinquantaine de plaintes, pour dénoncer des malversations supposées dans la passation de marchés publics. Anticor a décidé de se porter partie civile à ses côtés .
 

Sur le même sujet

ITW - Eugénie Bogdanova, Réceptionniste saisonnière

Les + Lus