Incendie entre Quenza et Solaro : 5.000 hectares parcourus

L'incendie entre Quenza et Solaro a parcouru environ 5.000 hectares. Le vent fort pour la nuit du jeudi 13 février n'a pas empiré la situation. Mercredi et jeudi  l’amélioration des conditions météorologiques a permis l’intervention de quatre Canadair. 

Mercredi, alors que le vent s'était calmé, des Canadair ont pu intervenir sur l'incendie qui a détruit environ 5000 hectares de végétation à proximité des aiguilles de Bavella et de la commune de Solaro.
Mercredi, alors que le vent s'était calmé, des Canadair ont pu intervenir sur l'incendie qui a détruit environ 5000 hectares de végétation à proximité des aiguilles de Bavella et de la commune de Solaro. © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Selon un bilan provisoire, l'incendie entre Quenza et Solaro a parcouru 5.000 hectares environ de maquis et pins maritimes.

Si les conditions météorologiques se sont améliorées mercredi, une nouvelle vigilance jaune vent fort a été diffusée par Météo France jeudi 13 février, à compter de 22 heures. elles se poursuit jusqu'à 10 heures en Haute-Corse et en Corse-du-Sud. Les rafales ont atteint et dépassé les 100 km/h sur la zone de l'incendie.

Mais contrairement aux précédents épisodes venteux, les températures restent relativement faibles et l'hygrométrie, le taux d'humidité dans l'air, est suffisamment important pour que les différents incendies ne se propagent pas. 

 


Les autorités rappellent que l’emploi du feu est interdit jusqu’au 17 février en Haute-Corse et alerte sur le recensement de « neuf nouveaux départs de feux causés par des écobuages ». 
 

80 largages


Mercredi et jeudi, grâce à un affaiblissement du vent, quatre Canadair et cinq hélicoptères ont pu intervenir. Ils ont réalisé 80 largages. 
 



En tout, 600 personnes sont engagées sur cette opération et plus particulièrement sur le secteur du col de Larone pour protéger la forêt de Bavella.


Intervention des sapeurs-forestiers :

durée de la vidéo: 00 min 30
Incendie entre Quenza et Solaro : intervention des sapeurs-forestiers

Concernant les autres incendies qui se sont déclenchés ces derniers jours notamment dans le Cap corse et au sud de Bastia, "on n'a plus vraiment de préoccupation même s'ils restent en cours de traitement", a aussi souligné Franck Robine, le préfet de Corse, jeudi.

Trois faits exceptionnels

Dans un entretien accordé à France 3 Corse ViaStella, mercredi, Bruno Maestracci, directeur du service d’incendie et de secours de Corse-du-Sud a indiqué que la « situation s’améliore grandement ».
 
Il a tenu à soulever trois points exceptionnels liés aux conditions météorologiques. Durant le feu, la température a atteint les 28 degrés. « Sur les 10 dernières années, au mois de février, la température est comprise entre les 12 et les 13 degrés », souligne-t-il. Quant au degré d’humidité dans l’air, l’hygrométrie, il a affiché 8 %. « Dans le désert, il y a entre 10 et 20 %, donc en plein mois de février, on se retrouve comme dans le désert », insiste Bruno Maestracci. Et dernier point, l’intensité des vents. « Encore une fois, sur les 10 dernières années, à cette période, c’est 80km/h de vent, on est actuellement à 140 km/h ». 


Entretien avec Bruno Maestracci :

Incendie entre Quenza et Solaro : entretien avec Bruno Maestracci, directeur du SIS 2A.

 

« 14 écobuages alors que nous luttons contre un feu important »

Dans le même temps, face à certains questionnements quant aux moyens mis en place, jugés parfois insuffisants, pour lutter contre les flammes, le directeur du service d’incendie et de secours de la Corse-du-Sud répond par une autre question : « Comment y a-t-il pu avoir entre mardi et mercredi 14 écobuages réalisés alors que nous sommes en train de lutter contre un feu important ? »
 

Des habitants confinés

Mardi, le feu, attisé par les vents de la tempête Ciara, a un temps menacé des habitations sur le village de Sari et plus particulièrement le hameau de Togna (Sari-Solenzara). Les autorités ont demandé aux habitants de rester confinés chez eux pour la nuit. Les mesures ont été levées mercredi matin, grâce au travail de quatre groupes d’intervention feux de forêt (GIFF), soit 60 sapeurs-pompiers et 16 véhicules qui sont parvenus à assurer la protection des deux zones.
 

A Sari, les habitants ont fermé leurs volets ce mardi 11 février pour respecter les mesures de confinement imposées par les secours.
A Sari, les habitants ont fermé leurs volets ce mardi 11 février pour respecter les mesures de confinement imposées par les secours. © Pierre Nicolas / FTV


Le monastère des sœurs de Bethléem a été évacué mardi. 

Deux pompiers ont été légèrement blessés en intervenant sur place. Ils s'ajoutent aux deux autres déjà blessés la semaine précédente.
 


L'incendie reprend avec les vents violents

Depuis dimanche, le feu qui a débuté à Quenza le 4 février et s'est propagé en direction de Solaro, était considéré comme fixé. Mais en raison du vent fort et des températures anormalement élevées la nuit pour un mois de février, le feu est reparti ce mardi en direction de Solaro et dans la vallée de Bavella.

Sur place, les rafales ont atteint les 140km/heure. Les moyens aériens (hélicoptères et Canadairs) ne pouvaient pas intervenir. Or, le terrain est accidenté, inaccessible par endroits. 


La RD268 reste fermée à la circulation, l'accès à la RD68 est strictement réservé aux habitants de Sari et Togna.


C'est déjà dans un contexte de vents très violents que le feu s'était déclaré le 4 février. 

Les pompiers interviennent sur l'incendie à proximité de Sari



L'emploi du feu interdit
 

Car les braises couvent même sous la terre.  Le feu se propage par les racines et l'humus. C'est ce qui inquiète les pompiers sur ce terrain très accidenté où toutes les zones ne sont pas accessibles. 

L'emploi du feu est désormais interdit en Haute-Corse jusqu'au lundi 17 février.


Avec le vent, les pompiers craignent la craignent une augmentation des températures par effet de foehn. Ce phénomène se produit quand un vent fort rencontre une chaîne montagneuse. En aval de la montagne, l'air se réchauffe et s'assèche.

"Cela aura pour effet cet après-midi pour effet de faire grimper les températures jusqu'à 18 à 22°C dans la vallée de Bavella et de faire baisser l'hygrométrie en-dessous de 40% , ce qui commence à être des seuils de dangerosité pour la végétation", explique le lieutenant-colonel Jean-Noël Rigot, commandant des opérations de secours sur place.


Un incendie probablement causé par l'homme

L'enquête judiciaire est en cours pour déterminer l'origine du feu. Qu'elle soit accidentelle ou volontaire, c'est le facteur humain qui est privilégié pour le moment.

 


 

Hélicoptère bombardier d'eau du SIS 2B en action cet après-midi
Hélicoptère bombardier d'eau du SIS 2B en action cet après-midi © SIS2B

 

Visite du ministre de l'Intérieur

L'incendie a détruit une partie du massif de Tova et de Bavella.

Le ministre de l'Intérieur s'est rendu à Solaro mercredi dernier. Christophe Castaner est resté environ une heure aux côtés des sapeurs-pompiers mobilisés sur l'opération avant de repartir.  

 
Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, s'est rendu à Solaro mercredi 5 février. Il a rencontré sur place Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse.
Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, s'est rendu à Solaro mercredi 5 février. Il a rencontré sur place Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse. © Emilie Arraudeau / FTVIASTELLA

Les secouristes lui ont notamment présenté le dispositif mis en place pour venir à bout des flammes.
 

Incendies hivernaux


Cette visite a été l’occasion, pour le ministre de l’Intérieur, d’insister sur la multiplication des incendies hivernaux, mais il n’a annoncé aucun moyen supplémentaire pour la Corse. « La solidarité nationale s’est tout de suite mobilisée. Près de 330 pompiers sont actuellement sur le terrain pour combattre ce feu, la moitié vient de la région Provence Alpes Côte-d’Azur pour prêter main forte à leurs camarades corses mobilisés depuis hier. Il y a aussi des moyens aériens exceptionnels. J’ai envoyé quatre Canadair, trois hélicoptères, pour que nous puissions lutter contre cet incendie », a déclaré Christophe Castaner.



► Reportage incendie - Jour 2 (5 février)
Incendie entre Quenza et Solaro : le périmètre du feu s’étend sur 1.200 hectares

 
Dans un entretien accordé à France 3 Corse ViaStella, le directeur adjoint du service d’incendie et de secours de Haute-Corse (Sis 2B), Jean-Jacques Peraldi, est également revenu sur l'augmentation des feux hivernaux. La Corse est touchée par ce phénomène depuis trois années consécutives. « Cela s’explique, a priori, par un bouleversement des conditions météorologiques qui se répète chaque année et qui nous oblige à nous recomposer sur la réponse opérationnelle », explique le directeur adjoint du Sis 2B. 


► Entretien avec le directeur adjoint du Sis 2B :
Incendie entre Quenza et Solaro : entretien avec le directeur adjoint du Sis 2B


 
Les camions de pompiers, au coeur des flammes dans le massif de Bavella
Les camions de pompiers, au coeur des flammes dans le massif de Bavella © Maia Graziani

Le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, s'est également rendu sur place pour saluer le travail des personnels. 
 

 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers météo prévisions météo montagne nature