• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Plaine orientale : des producteurs créent une banque alimentaire 

© Christian Giugliano / FTVIASTELLA
© Christian Giugliano / FTVIASTELLA

Des producteurs de la plaine orientale se fédèrent pour créer une banque alimentaire. Leurs fruits, non calibrés, seront mis à disposition des associations caritatives de Haute-Corse à partir du mois de mars.

Par France 3 Corse ViaStella

Jean-Marie Luciani produit 400 tonnes de pommes par an. Sur ce total, 50 tonnes ne sont pas commercialisables en l'état pour des raisons esthétiques. 

Pour ne pas les jeter, le producteur en fait du jus, mais plus seulement. « Pour aider les gens. Plutôt que de les jeter, moi 10 tonnes de plus ou en moins c’est rien du tout dans mon budget. Je préfère les donner. Ça fait plaisir aux gens, et puis en plus, elles sont bonnes », confie-t-il. 

Comme Jean-Marie, une cinquantaine de producteurs de la Plaine orientale s'est engagée dans la création d'une banque alimentaire

 
Plaine orientale : des producteurs créent une banque alimentaire 
Intervenants - Jean-Marie Luciani, Producteur ; François-Xavier Ceccoli, Membre fondateur de la banque alimentaire de Corse ; Jean-Claude Vignoli, Président fondateur de Fratellanza. Equipe - Emilie Arraudeau ; Christian Giugliano ; Eloisa Patricio ; Ramsey Kinany.
 

« La nourriture est essentielle » 


L'idée est de centraliser toute l'année leurs marchandises non calibrées dans une station de conditionnement de Moriani. « Au moment des gilets jaunes, nous étions sur Cavaillon où nous avons eu une partie de la marchandise des clémentines qui a été bloquée. Et nous avions décidé avec les autres agriculteurs de faire profiter cette marchandise à des associations caritatives. Ne pouvant pas les vendre, il nous paraissait opportun de ne pas les jeter. On a été surpris lors de la distribution de voir arriver une banque alimentaire de Provence. C’est à ce moment-là qu’on a connu le principe. Et qu’on a été séduit, d’où l’idée de créer cette banque alimentaire en Corse où ça n’existe pas », raconte François-Xavier Ceccoli, membre fondateur de la banque alimentaire de Corse. 
 
© Christian Giugliano / FTVIASTELLA
© Christian Giugliano / FTVIASTELLA

Au-delà du geste, ce service totalement gratuit, va répondre à un besoin : c'est justement de produits frais que les populations dans la précarité manquent le plus. « La nourriture pour ces gens-là est quand même essentielle, d’autant plus que ce sont des gens qui mangent, mais qui mangent mal. Ils mangent ce qu’ils trouvent dans la rue. Il n’y a pas d’hygiène alimentaire et donc leur santé s’en trouve fortement atteinte », souligne Claude Vignoli, président fondateur de Fratellanza.

La distribution aura lieu le mardi à partir de mars. Dès cette année, en Haute-Corse, les personnes en difficultés recevront 100 tonnes de fruits. Le double l'an prochain.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Livre : « Corse 2.0 » propose de réfléchir sur l’avenir de l’île à l’heure du numérique 

Les + Lus