• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Crise politique au conseil communautaire de l’agglomération bastiaise

© Alex Gouty / FTVIASTELLA
© Alex Gouty / FTVIASTELLA

Séance houleuse pour le conseil communautaire de l'agglomération bastiaise mercredi 10 avril. Si le budget 2019 a été adopté, les élus ont dénoncé la hausse des effectifs précaires et le faible niveau d'investissements de l'institution. 

Par France 3 Corse ViaStella

Lors de la séance du conseil communautaire de l’agglomération bastiaise (Cab), mercredi 10 avril, Louis Pozzo di Borgo, adjoint au maire de Furiani, donne le ton : « Président, on ne joue pas avec la précarité, pas ici, pas chez nous en tout cas. Président, on ne joue pas avec les maires. Président, on ne joue pas avec les communes, et encore moins avec leurs administrés. »

Les élus du conseil communautaire contestent la gestion de l'institution par son président, François Tatti, notamment en matière de ressources humaines. En cause : le recours important à des CDD, souligné, chiffres à l'appui, par le maire de Bastia. « Il a été signé 19 contrats de moins d’une semaine, plus de 100 contrats de moins de 15 jours, 212 contrats de moins de trois mois, pour un total astronomique de 220 CDD pour un besoin de 28 emplois temps plein », lance à la tribune Pierre Savelli. 

Sur Twitter, le maire de Bastia complète : « François Tatti a succombé à la frénésie de signatures de contrats précaires, contre l’intérêt des agents, de l’agglomération bastiaise, sur l’autel de ses intérêts personnels. Nous avons demandé la signature de 15 contrats de 6 mois à la collecte dès demain pour sortir les agents de la précarité. »

 

 

« Je ne rougis pas de ce que nous avons fait »


Le président de la Cab assume et invoque la réorganisation totale de la collectivité. « On a un vivier de personnel qui est formé, qui est susceptible, demain, de répondre à un appel de candidatures pour une intégration dans la fonction publique. Je considère qu’en travaillant ainsi, en accord avec l’ensemble des membres qui travaillent et qui sont présents dans les instances, je ne rougis pas de ce que nous avons fait », soutient-il. 

Autre point d'achoppement dans cette séance consacré au vote du budget : le faible niveau d'investissements. « Quand on regarde le tableau des investissements, c’est essentiellement sur les infrastructures sportives, qui en ont énormément besoin. Mais dans le cadre de la politique de la ville, par exemple, aujourd’hui aucun frais d’études, aucun budget n’est prévu  », souligne Emmanuelle de Gentili, déléguée communautaire de la CAB. 

 
Crise politique au conseil communautaire de l’agglomération bastiaise
Intervenants - Louis Pozzo di Borgo, adjoint au maire de Furiani ; Pierre Savelli maire de Bastia ; François Tatti président de la communauté d'agglomération de Bastia ; Emmanuelle De Gentili déléguée communautaire de la CAB. Equipe - Emilie Arraudeau ; Alex Gouty ; Joseph Ienco


Au terme de longs et houleux débats, la majorité bastiaise s'est finalement abstenue. Le budget primitif adopté est en hausse de 5 % comparé au précédent : il prévoit 61,8 millions d'euros de dépenses. C'est le dernier d'une mandature jalonnée de tensions politiques.



 

Sur le même sujet

Université de Corse : le doctorat, un atout pour se positionner sur le marché de l’emploi ? 

Les + Lus