La Haute-Corse fait découvrir son patrimoine culinaire à des journalistes étrangers

Opération séduction pour la destination Corse. Tout le week-end, une dizaine de journalistes et de blogueurs européens sillonnent la Haute-Corse à la découverte de ses trésors culinaires.

Diana Dontsova, blogueuse et journaliste suédoise; Barbara Fischer, journaliste luxembourgeoise; Christophe Graziani, directeur entreprises et territoires - C.C.I. de Haute-Corse ©France 3 Corse ViaStella
Quelques prises pour un cliché qui sera vu près de 100.000 fois. Diana Dontsova est journaliste et blogueuse en Suède. Mais pour toucher son public, son atout, c'est son compte Instagram.

Avec neuf confrères étrangers, elle découvre la Corse à travers un voyage culinaire : « Je pense que cela m’a pris 5 secondes pour tomber amoureuse quand je suis arrivée. C’est tellement beau. La nourriture que j’ai goûtée jusqu’à présent est très bonne et le vin est fabuleux. »

A magical place to have my morning coffee! In Bastia, Corsica! || En magisk plats för dagens första kaffekopp! #bastia #harbor #corsica #corsicagourmet

Une publication partagée par Diana Dontsova (@diadonna) le


Suédois, Danois, Néerlandais : la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Haute-Corse a invité ces journalistes pour promouvoir la destination. Elle trouvera par exemple une place de choix dans le magazine luxembourgeois Kachen, édité à 15.000 exemplaires.

« On a l'habitude d'avoir beaucoup de spécialités de l'étranger et je suis sûre que les produits de la Corse ne sont pas encore très connus parce que l’on n'a pas une grande communauté corse au Luxembourg. L’idée, c'est de faire connaître aux gens », explique Barbara Fischer, journaliste luxembourgeoise.

Faire connaître, et faire venir les touristes. Cet été, des vols directs relieront Bastia à Londres, Stockholm, Luxembourg et Bruxelles. La cible du Nord de l'Europe ne doit rien au hasard.

« L'idée c'est aujourd’hui d'avoir des papiers qui seront lus dans ces pays, puis des acheteurs qui feront des commandes pour importer. C’est aussi de mixer tout cela avec une fréquentation touristique et de créer des échanges commerciaux avec ces pays qui sont friands des produits corses et surtout, ils ont un pouvoir d'achat qui est intéressant », affirme Christophe Graziani, directeur entreprises et territoires - C.C.I. de Haute-Corse.

Selon la Chambre de commerce, le coût de ce weekend tous frais payés est moins cher que des espaces publicitaires dans la presse. Les retours sur investissement sont attendus dès cet été.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie sorties et loisirs