Sylvie Lezier, première photographe corse à remporter le titre de meilleure ouvrière de France

Pour la première fois, une photographe corse vient de décrocher le très prestigieux concours du meilleur ouvrier de France, dans la catégorie photographie d'art. Une reconnaissance méritée pour Sylvie Lezier, artiste discrète, qui préfère tourner les projecteurs vers les autres.
Sylvie Lezier est la première photographe corse à remporter le concours du meilleur ouvrier de France.
Sylvie Lezier est la première photographe corse à remporter le concours du meilleur ouvrier de France. © Typhaine Urtizverea / FTVIASTELLA
La photo, un miroir de l'âme. Des portraits qui en disent mille fois plus que tous les discours.

« J’aime entrer directement en contact avec les gens. J’aime être auprès d’eux. Je les regarde beaucoup. Je trouve que le regard de la personne que je photographie, il faut qu’il me soit ouvert pour que je puisse y entrer et que je puisse essayer de sortir le meilleur de la personne. Ce n’est pas juste appuyer sur un bouton », explique Sylvie Lezier, photographe.
 

« C’est un défi permanent avec moi » 


Elle est devenue photographe professionnelle il y a dix ans à peine. Sans diplômes ni expérience, elle s'est lancée dans l'aventure. 
Et depuis, elle collectionne les prix prestigieux. Dernier en date, et pas des moindre : meilleure ouvrière de France pour ces photos.

 
Sylvie Lezier, première photographe corse à remporter le titre de meilleure ouvrière de France


Une fierté, mais pas un aboutissement. « Je ne fais pas les concours pour pouvoir dire à untel : ‘Je suis meilleure que toi.’ Ces concours, je les fais pour moi. Je les fais pour mes enfants, pour qu’ils soient fiers de moi. Ils me boostent. C’est un défi permanent avec moi. Ce n’est pas avec les autres, c’est avec moi », livre-t-elle. 
 

Au milieu des champs 


Pas de grosse tête, ni de folie des grandeurs. Le studio de Sylvie, il est à Lucciana, entre des champs et des entrepôts. Sans même une enseigne. C'est comme ça que la photographe a toujours travaillé.

Et ce n'est pas près de changer. « Il y a plein de gens qui ne savent pas que j’existe. Je privilégie le côté artistique. Je fais les images que j’aime avec mes clients. S’ils sont là, c’est que ça leur convient », précise la photographe. 

En avril prochain, Sylvie Lezier recevra son prix à l'Elysée. Des mains du président de la République. Une chose est sûre, c'est dans son studio, derrière son appareil photo, qu'elle se sent le mieux. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
photographie culture art portrait sorties et loisirs