Territoriales - “Il faut une alternative à l’offre nationaliste”

Les élus du Conseil départemental de Haute-Corse ont tenu mardi 10 octobre 2017 leur avant-dernière séance, avant la passage à la collectivité unique de Corse / © C. GIUGLIANO / FTVIASTELLA
Les élus du Conseil départemental de Haute-Corse ont tenu mardi 10 octobre 2017 leur avant-dernière séance, avant la passage à la collectivité unique de Corse / © C. GIUGLIANO / FTVIASTELLA

Les élus du Conseil départemental de Haute-Corse ont tenu mardi leur avant-dernière séance, l’assemblée étant appelée à disparaître, comme celle de Corse du Sud, au profit de la future collectivité unique. Et chacun tente de se replacer du mieux possible sur l’échiquier politique.

Par GB / France 3 Corse ViaStella

Les conseillers départementaux parlaient bien sûr de la "satisfaction du travail accompli", tout en se posant, chacun, la question de leur avenir. Pour certains c'est clair, leur engagement politique passera par une liste aux territoriales, pour la majorité présidentielle ou pas.

Le ciel s’éclaircit pour François Orlandi, le président du Conseil départemental de Haute-Corse et Jean-Charles Orsucci (tête de liste), officiellement adoubés par Emmanuel Macron pour représenter la majorité présidentielle aux élections territoriales.

"Le président de la République nous a confié le souhait qu’il avait à ce que nous poursuivons la démarche dans un esprit d’ouverture, en nous demandant de prendre en compte le positionnement, les volontés de s’agréger de l’ensemble des acteurs qui s’inscrivent dans l’esprit de La République en marche", a indiqué François Orlandi.

Une alternative à l’offre nationaliste


Mais les cartes ne sont pas encore totalement dsitribuées. Une seconde liste alliant peut-être Pierre Ghionga, Jean Zuccarelli et François Tatti se réclamerait aussi de la majorité présidentielle. Et il y a urgence pour le "front républicain". Le bientôt ex-conseiller départemental Francis Guidici (ancien candidat LREM aux législatives) estime qu’il faut "une alternative à l’offre nationaliste".

"Je suis de sensibilité libérale donc je pense qu’il faut une alternative à l’offre nationaliste. Maintenant pencher pour l’une ou l’autre liste, pour l’instant je n‘ai pas fait mon choix et je ne vous cache pas que je suis plutôt sur une démarche d’union, un peu à l’image d’En marche, sans pour autant prendre une investiture."


Territoriales "Il faut une alternative à l’offre nationaliste", Francis Guidici
François Orlandi, président du Conseil départemental de Haute-Corse; Francis Giudici, maire de Ghisunnaccia, conseiller départemental; Pierre Simeon de Buochberg, maire de Prunelli-di-Fiumorbu, conseiller départemental - France 3 Corse ViaStella - Pierre Nicolas, Christian Giugliano

 

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

de casalta/corse matin

Près de chez vous

Les + Lus