Transition énergétique : les Corses invités à mettre la main à la poche pour de nouveaux panneaux solaires

Marier conscience écologique et investissement financier... C'est ce que propose aux Corses le projet photovoltaïque initié à Borgo. Des panneaux solaires qui produiront de l'électricité 100% renouvelable et propre. Et pourraient rapporter de l'argent aux investisseurs.  

Des panneaux solaires comme celui-là fleuriront bientôt sur le parking du complexe sportif de Borgo
Des panneaux solaires comme celui-là fleuriront bientôt sur le parking du complexe sportif de Borgo © J. Gosset/FTV
Des ombrières photovoltaïques (comprenez, des panneaux solaires), qui produiront 1482 MHw d'électricité. 
Soit l'équivalent de la consommation annuelle en électricité d'un village comme Cozzano. 

A quelques encablures de l'imposante, et polluante, centrale électrique de Lucciana, qui rejette des centaines de tonnes de soufre et d'oxyde d'azote par an dans l'air. 
Les panneaux solaires, pour l'instant discrets en Corse, sont une alternative aux centrales électriques (Ici le Vazzio, à Ajaccio).
Les panneaux solaires, pour l'instant discrets en Corse, sont une alternative aux centrales électriques (Ici le Vazzio, à Ajaccio). © FTVIASTELLA
C'est sur le parking de la Halle des sports de Borgo, et sur le toit du boulodrome voisin, que les panneaux devraient être installés. 

Coût du projet : 320.000 euros. Une somme importante, qu'il fallait trouver. 

Ca coûte zéro centimes à la municipalité !

Anne-Marie Natali, maire de Borgo

Du côté de la mairie de Borgo, Anne-Marie Natali, en éclatant de rire, prend soin de nous rassurer :
"Nous, ça nous coûte zéro. Zéro ! Ce n'est pas si souvent... Donc ça, c'est bien, déjà. Et puis c'est un beau projet. S'il va jusqu'au bout". 

Alors qui va financer ce projet, développé par Corsica Verde et Langa International, producteur indépendant d'énergies renouvelables ? 

Un financement citoyen

Réponse : les Corses. C'est même la condition sine qua non.

Le projet est lauréat de l'appel d'offres nationale Zone Non Interconnectée de la Commission de Régulation de l'Energie.

Une commission qui vise à soutenir le développement des énergies renouvelables sur le territoire français. Et qui exige que le financement des projets soit citoyen. 
Le parking du complexe de Borgo, où devraient bientôt apparaître les ombrières photovoltaïques
Le parking du complexe de Borgo, où devraient bientôt apparaître les ombrières photovoltaïques © Enerfip
"Afin d'associer les citoyens corses à la vie de ces projets de territoire, nous avons mis en place un financement participatif permettant aux Corses d'investir une partie de leur épargne dans cette installation photovoltaïque", précise Langa International. 

En clair, tous les habitants de Haute-Corse et de Corse du Sud peuvent investir la somme de leur choix, à partir de 10 euros. 

Apparemment, ça marche. 

En deux semaines, 102.000 euros, soit 30 % du financement, ont d'ores et déjà été apportés. Il reste 18 jours pour rassembler les 218.000 euros manquants. 

Un prêt, pas un don

Et Enerfip, qui se charge de l'appel aux investissements, est plutôt serein. Le spécialiste du financement participatif de projets dans le domaine de l'énergie renouvelable l'affirme :

"Les collectes de ce genre sont toujours un succès. Depuis que l'on existe, on a collecté plus de 53 millions d'euros. Et si par malheur ce n'était pas le cas, on rembourserait bien évidemment les investisseurs."

Valérie Séchet, chargée des relations investisseurs à l'Enerfip, croit connaître les raisons de ce succès :

"C'est un vrai investissement, ce n'est pas un don. C'est un prêt que le citoyen fait à la société, et en échange il reçoit des intérêts sur le capital investi". 
102.500 euros ont été collectés depuis le début de la campagne
102.500 euros ont été collectés depuis le début de la campagne © Enerfip


Ces intérêts, l'Enerfip ne tient pas à la dévoiler. On ne les connaît qu'une fois qu'on a souscrit. Mais selon nos informations c'est entre entre 5,5 et 6,5 %, sur une durée de 4 ou 5 ans. 

Soit, pour un investissement de 1000 euros, entre 50 et 60 euros d'intérêts au bout d'un an.

Hervé* a investi plusieurs milliers d'euros dans les panneaux photovoltaïques. Ce n'est pas la première fois qu'il mise sur les énergies renouvelables. 

C'est gagnant-gagnant

Hervé, investisseur

"J'ai aussi investi en Bourse, pendant le confinement, après la dégringolade du CAC 40, et je n'ai acheté que des actions de sociétés qui évoluent sur le marché du développement durable. Et toutes sont en pleine forme. Alors je fais des bénéfices, c'est vrai". 

Mais l'investisseur affirme que ce n'est pas juste une question d'argent. 
"On n'investit pas en perte, mais en plus, c'est un vrai geste citoyen. Et un pari sur une société plus verte. C'est gagnant-gagnant"

*Le prénom a été changé
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement