Cet article date de plus de 5 ans

Attaque d'un fourgon à Saint-Florent : des peines de prison ferme et un acquittement

Des peines de 5 à 15 ans de réclusion et un acquittement ont été prononcés vendredi soir par la cour d'assises de la Haute-Corse dans le procès concernant le braquage d'un fourgon de transport de fonds, en octobre 2011 à Saint-Florent. La défense fait appel.  
La cour d'assises de Haute-Corse, le 21 mars 2016.
La cour d'assises de Haute-Corse, le 21 mars 2016. © France 3 Corse
Il aura fallu un peu moins de cinq heures aux jurés de la cour d'assises pour se prononcer sur la culpabilité des quatre hommes qui comparaissaient dans ce dossier. Ils avaient à répondre à pas moins de 68 questions. 

Ils ont condamné Sébastien Mattei à 15 ans de réclusion et Yannick Hamlaoui-Gozzi à 12 ansSébastien Mei, qui comparaissait pour complicité, a été condamné à 5 ans de prison dont 3 avec sursis.

Patrick Graziani, présenté par l'accusation comme l'instigateur du braquage, a lui été acquitté. Aux 68 questions posées, les jurés ont répondu "non". Patrick Graziani devait être remis en liberté dans la soirée.

Face à ce verdict, les avocats de Sébastien Mattei et Yannick Hamlaoui-Gozzi ont annoncé faire appel. Le parquet envisage de faire de même concernant l'acquittement de Patrick Graziani.

300.000 euros avaient été dérobés, lors de l'attaque d'un fourgon de transport de fonds à Saint-Florent en 2011. Le butin n'a jamais été retrouvé. 

durée de la vidéo: 01 min 50
Assises : des peines de prison ferme et un acquittement

JOUR 5

Dernier jour de procès, celui des plaidoiries de la défense. Les débats sont clos depuis 15h, les jurés et les magistrats de la cour d'assises de la Haute-Corse ont à répondre à 68 questions concernant les quatre accusés. 

Sujet de Frédéric Danesi, sur place.
durée de la vidéo: 01 min 33
Plateau Jour 5 Fourgon assises


JOUR 4

Après quatre jours de procès et la plaidoirie de la partie civile, l'avocat général Nicolas Bessone a requis vingt ans de prison dont 2/3 de sûreté contre Sébastien Mattei, 15 ans contre Yannick Hamlaoui-Gozzi et Patrick Graziani et cinq ans dont deux ans avec sursis pour Sébastien Mei.

Demain, dernier jour de procès et verdict, les plaidoiries de la défense ont débuté.

JOUR 3

Hormis Sébastien Mei, les trois autres accusés ont laissé leur ADN sur des objets retrouvés en cours de perquisition. Patrick Graziani, sur une clé de voiture, Yannick Hamlaoui-Gozzi sur un pistolet automatique et Sébastien Mattei sur un masque, des gants et une cagoule. Ce dernier a expliqué que ces objets lui ont été remis par un tiers, il dit les avoir déplacé d'un sac à l'autre.

Les avocats de la défense ont rappelé à plusieurs reprises qu'aucun ADN des quatre accusés n'a été retrouvé le 26 octobre 2011 sur le lieu du braquage du fourgon blindé à Saint-Florent.

Reportage de Frédéric Danesi et de Philippe Villaret
durée de la vidéo: 01 min 32
Jour 3 Assises fourgon

JOUR 2

Des éléments troublants ont été révélés aujourd'hui, des armes ont été retrouvées au domicile de Yannick Hamlaoui et dans la cave de la mère de Sébastin Mattei, deux des accusés. Les enquêteurs y ont trouvé plusieurs traces ADN, mais pas celles de Patrick Graziani. Son empreinte ADN a en revanche bien était isolée sur une clé de voiture non identifiée, trouvée lors d'une perquisition.

Pour Yannick Hamlaoui ces armes de poing étaient celles de son grand-père. Pour Sébastien Mattei, les armes retrouvées dans la cave de sa mère appartiendraient à une autre personne. Il aurait rendu service à un ami sans révéler son identité.

Les trois principaux accusés nient une quelconque participation au braquage du 26 octobre 2011. Seul le quatrième, Sébastien Mei reconnaît avoir creusé un trou censé être une cache pour le butin. Mais le jeune homme se refuse de donner le nom du commanditaire à la barre, de peur d'avoir des ennuis. 

L'avocat de la partie civile insiste sur le préjudice morale dont ont été victimes les salariés convoyeurs qui ont été braqués ce jour-là. Quelques mois avant cette attaque, ils en avaient subi une autre en mai 2011. Demain les appels téléphoniques entre accusés et l'examen des ADN seront au centre des débats.

JOUR 1

Rappel des faits par Stella Rossi et Sarah Ennemoser
durée de la vidéo: 01 min 36
Rappel des faits affaire fourgon Saint Florent

Trois d'entre eux comparaissent pour vol à main armée en bande organisée en récidive et association de malfaiteurs, le dernier sera présent pour complicité. Deux ans d'enquête de la police judiciaire les ont conduit dans le box des accusés. Patrick Graziani, 52 ans, Yannick Hamlaoui - Gozzi et Sébastien Mattei, tous deux âgés de 39 ans et Sébastien Mei, 37 ans, comparaissent devant la Cour d'Assises de Haute-Corse.

Une cache d'armes découverte


Dès ce lundi 21 mars, la cour devra décider si ces hommes sont coupables du braquage d'un fourgon de transport de fonds de la société ESSE en octobre 2011 à Saint-Florent, alors qu'il réaprovisionnait un disitributeur de la Société Générale. 

Au milieu, Nicolas Bessone procureur de la République qui représente le ministère public.  A gauche, Me Dominique Mattei et à droite, Me Jean-Sébastien de Casalta, défendent Sébastien Mattei, un quatre accusés.
Au milieu, Nicolas Bessone procureur de la République qui représente le ministère public. A gauche, Me Dominique Mattei et à droite, Me Jean-Sébastien de Casalta, défendent Sébastien Mattei, un quatre accusés. © France 3 Corse
L'accusation a aussi retenue la récidive pour certains des accusés déjà sous le coup d'autres procédures similaires au Portugal.

C'est en 2013 que les accusés sont interpellés par la police judiciaire de Bastia. Lors des perquisitions, une cache d'armes est aussi découverte. Dans cette affaire, seule la société Esse s'est constituée partie civile, la Société Générale, autre victime ne l'a pas fait. Les quatre accusés nient toute participation aux faits.
Pièces à conviction dans l'affaire du fourgon, le 21 mars 2016 à la cour d'assises de Haute-Corse.
Pièces à conviction dans l'affaire du fourgon, le 21 mars 2016 à la cour d'assises de Haute-Corse. © France 3 Corse

Le procès va se dérouler jusqu'au vendredi 25 mars. Les accusés encourent jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
assises justice société