Législatives 2d tour: Sauveur Gandolfi-Scheit compte sur sa réserve de voix

Le député sortant LR Sauveur Gandolfi-Scheit au soir du premier tour des législatives en Corse / © C. GIUGLIANO / FTVIASTELLA
Le député sortant LR Sauveur Gandolfi-Scheit au soir du premier tour des législatives en Corse / © C. GIUGLIANO / FTVIASTELLA

À Bastia, dans la première circonscription de Haute-Corse, le nationaliste Michel Castellani est en ballotage favorable (30,42%) face au député sortant Les Républicains, Sauveur Gandolfi-Scheit (21,73%). La mobilisation au second tour va être déterminante pour l'élection.

Par France 3 Corse ViaStella

À midi dans les locaux de RCFM, après une embrassade avec Michel Castellani, Sauveur Gandolfi-Scheit défend son bilan et accuse les nationalistes de se l'accaparer.

"Vous êtes à côté de la plaque il me semble parce que le siège central de l'Igesa, c'est vous ou c'est moi? Le siège principal de la Chambre régionale des comptes à Bastia, c'est vous ou c'est moi?". Le ton est donné et le débat verbalement musclé.  

Pour Michel Castellani, son adversaire s'énerve parce que la sympathie pour le mouvement nationaliste a franchi des frontières : "Je constate que sur des grosses communes de droite, je sors premier. Je pense à Lucciana, à Saint-Florent, à Oletta. Sur des grosses communes de gauche aussi."

Dans la 1e circonscription de Haute-Corse, Sauveur Gandolfi-Scheit compte sur les réserves de voix
Intervenants : Sauveur Gandolfi-Scheit (LR), Michel Castellani (Per a Corsica)  - France 3 Corse ViaStella - Pierre Nicolas, Vivien Chareyres

En l'absence de consignes de vote, le député sortant en appelle aux électeurs des vaincus : "De ne pas voter pour moi et de voter les nationalistes, c'est quand-même quelque chose d'incroyable. J'ai fait appel au front républicain, les nationalistes ont fait le plein, je ne vois pas où ils vont trouver des voix".

Michel Castellani est lui persuadé de pouvoir conserver son avance : "Vous pensez que les gens qui ont voté pour les candidats macronistes vont voter en masse pour un candidat LR qui est le principal opposant à Macron ? Ce ne serait quand-même pas logique."

Et de poursuivre :"Quant aux abstentionnistes qui sont très nombreux et qui vont faire l'élection, je ne vois pas pourquoi ils se précipiteraient en masse pour voter pour notre concurrent et jamais pour nous."

En attendant, dans les permanences, des militants appellent les abstentionnistes réputés proches de leur camp, sans aucune assurance de sursaut dimanche prochain.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Territoriales : pas d'alliance à droite pour le second tour

Près de chez vous

Les + Lus