Législatives – Stéphanie Grimaldi candidate dans la 2e circonscription de Haute-Corse

Stéphanie Grimaldi (Les Républicains), se présente pour la troisième fois dans la 2e circonscription de Haute-Corse. L'actuel député Paul Giacobbi ne se présente pas pour sa réélection. Déjà 11 candidats sont en lice dans la circonscription et la droite est divisée.

En 2017, Stéphanie Grimaldi était présidente de la fédération Les Républicains de Haute-Corse
En 2017, Stéphanie Grimaldi était présidente de la fédération Les Républicains de Haute-Corse © C.GIUGLIANO / FTVIASTELLA
Troisième combat dans la plus grande circonscription de l'île pour la présidente du parti Les Républicains de Haute-Corse, qui se veut confiante. Il faut dire que pour la première fois, Stéphanie Grimaldi n'a pas pour rival Paul Giacobbi.

Le sortant qui l'avait battu en 2007 et 2012 ne se présente plus. Les adversaires désignés sont maintenant les nationalistes et les relais du nouveau président de la République, Emmanuel Macron.


Dans cette circonscription, François Fillon est arrivé 2e, avec près de 11.000 voix au premier tour de la présidentielle. Mais la candidate ne veut pas croire à l'impact du fiasco national : "Emmanuel Macron est le président de la République qui a recueilli le plus faible score au soir du premier tour, lors d'une élection présidentielle".

Et d'ajouter : "Alors c'est vrai que les partis traditionnels, les partis de gouvernement, ont failli dans leur mode de fonctionnement, mais pour moi, aujourd'hui, ce sont le climat des affaires, cette campagne folle et hors norme. Mais pas les idées majoritaires de la droite qui ont été sanctionnées".

durée de la vidéo: 01 min 57
Législatives – Stéphanie Grimaldi candidate dans la 2e circonscription de Haute-Corse ©France 3 Corse ViaStella

11 candidats dans la circonscription


C'est à Vescovato que la droite officielle annonce sa candidature, sur les terres de Jean-Martin Mondoloni, son opposant à droite, élu avec elle à l'Assemblée. Parce que cette année, contrairement à 2012, la situation n'est pas à l'union.


Outre le Front national et un candidat UPR, deux maires giacobbistes mais Divers droites sont en lice. L'UDI a donc choisi de se désister et de se contenter de la suppléance.

"Nous étions dans une situation relativement différente il y a quelques mois. Paul Giacobbi était toujours candidat et je ne pensais pas que le nombre de candidatures se multiplierait à ce point", explique Charles Straboni, candidat LR-UDI dans la 2e circonscription 2B.

Il faut 8259 voix pour accéder au second tour. Un pari plus que difficile avec 11 candidats contre 7 il y a 5 ans.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections législatives politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter