Municipales à Bastia : Jean Zuccarelli dévoile à son tour ses ambitions

Jean Zuccarelli, lors d'un meeting de campagne des Territoriales 2015 / © FTVIASTELLA
Jean Zuccarelli, lors d'un meeting de campagne des Territoriales 2015 / © FTVIASTELLA

Décidement, les efforts et les multiples réunions pour former un front de l'opposition en vue de reprendre la mairie de Bastia auront bien tourné court. Et chacun y va de son côté. Jean Zuccarelli sera donc le troisième candidat de gauche, après Julien Morganti et Jean-Sébastien de Casalta. 

Par Sébastien Bonifay, édité par P.S.

Jean Zuccarelli, finalement, rejoint la bataille des municipales. 
Il mènera une liste radicale et communiste élargie. 

La démarche d'union a donc fait long feu. 
Celui qui, avec 44,6 % des voix, avait été battu par Gilles Simeoni au soir du second tour le 30 mars 2014 entend bien faire entendre sa voix. 
Jean Zuccarelli invité de Corsica Sera le 8 octobre
Des réunions avaient pourtant eu lieu entre les différentes composantes de la gauche et même, parfois, des représentants de la famille libérale, comme Jean-Martin Mondoloni pour une candidature commine dès le premier tour.

"Nous étions parvenus à une base d'accord équilibré, explique Jean Zuccarelli au micro de France 3 Corse ViaStella. Et le MCD s'en est écarté pour sortir du chapeau un candidat, en dernière minute, qui ne s'est jamais prononcé sur Bastia, dont nous ne partagions pas nombre d'idées régionales. Donc pour nous il était hors de question de rentrer dans un artifice politicien de cette sorte. Nous le regrettons. Le MCD a fait le choix, une nouvelle fois de la division, on sait ce qu'il en a coûté à Bastia en 2014."

Au sein d'une opposition de gauche qui, après avoir renoncé à l'union, devra faire attention à éviter la cacophonie. 

 
Illustration/ Jean Zuccarelli / © C.GIUGLIANO / FTVIASTELLA
Illustration/ Jean Zuccarelli / © C.GIUGLIANO / FTVIASTELLA

En effet, les candidats se bousculent. 
Pour l'heure, ils sont trois.

Petit récapitulatif des forces en présence

Julien Morganti, le premier, annonce fin août sa candidature sur les réseaux sociaux, sans vraiment l'annoncer.
Tout en l'annonçant. 
Une candidature qui n'a pas surpris grand monde. 

Et qui a porté un coup fatal à la démarche de rassemblement.
 
L'heure des campagnes en commun et des sourires est révolue pour François Tatti et Julien Morganti / © viastella
L'heure des campagnes en commun et des sourires est révolue pour François Tatti et Julien Morganti / © viastella

Quelques jours plus tard, François Tatti, président du MCD, se range derrière Jean-Sébastien de Casalta, qui n'est pas encarté, mais se revendique d'une "gauche humaniste". 
La fédération PRG de Haute-Corse annonce, le 15 septembre, qu'elle se reconnait dans cette démarche, et "prône l'union au premier tour". 

Jean Zuccarelli étant lui-même radical, on se dit que peut-être, Jean Zuccarelli et François Tatti feront finalement campagne derrière cette même tête de liste. 

Mais c'est compter sans les divisions internes au PRG. 
Sans attendre, le groupe radical de Bastia réagit vivement à ce soutien.
Il évoque une "pseudo fédération PRG", qui "ne saurait refléter la position des radicaux bastiais et n'a aucune légitimité pour s'exprimer en leur nom."

Sans surprise, Jean Zuccarelli confirme dans la foulée qu'il ira bien aux municipales comme tête de liste. 
 
Jean Zuccarelli au côté de Jean-François Paoli, lors d'une conférence de presse du Parti radical de gauche. / © Guillaume Leonetti / FTVIASTELLA
Jean Zuccarelli au côté de Jean-François Paoli, lors d'une conférence de presse du Parti radical de gauche. / © Guillaume Leonetti / FTVIASTELLA
Un accord avec les autres candidats de gauche, y compris ceux avec qui il est en difficulté ppeut-il êre envisageable au second tour ? 
"Pour mettre un terme à la situation catastrophique que connaît notre ville, il sera indispensable de trouver les voies et moyens de faire cette union. Mais sur un projet cohérent -contrairement à ce qu'il s'est passé dans cette mandature- autour d'une majorité solide. Notre liste aura vocation à être la poutre maîtresse de cette majorité, nous l'espérons", déclare Jean Zuccarelli.

Une gauche bastiaise éclatée

Donc, à gauche, nous avons :
  • Un premier candidat, Julien Morganti, membre du MCD
  • Un autre, Jean-Sébastien de Casalta, sans étiquette mais soutenu par François Tatti, le président du même MCD. Et par la fédération PRG de Haute-Corse. 
  • Un troisième, Jean Zuccarelli, membre du même PRG.
Un militant de gauche n'y retrouverait pas ses petits...

 

Manon Lescaut

Les + Lus