• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Pietranera : grogne d’un collectif de riverains face au projet de réhabilitation du village

Le programme porté par la mairie de San Martino di Lotta prévoit notamment un parking et des logements. / © Alex Gouty / FTVIASTELLA
Le programme porté par la mairie de San Martino di Lotta prévoit notamment un parking et des logements. / © Alex Gouty / FTVIASTELLA

Dans le hameau de Pietranera, un projet de réhabilitation du centre du village provoque la grogne d'un collectif de riverains baptisé « Aiutu Petra negra ». Le programme porté par la mairie de San-Martino-di-Lota prévoit notamment un parking et des logements. 

Par France 3 Corse ViaStella

À Pietranera, la Casa Giorgi a été construite en 1901. Sa propriétaire, Marie-Laure, a vu le paysage changer au fil des années et cela pourrait continuer sur le terrain familial, au pied de la bâtisse. 

« C’est le seul espace vert du Pietranera ancien. On est attaché du point de vue familial et environnemental », déplore-t-elle. Cet espace vert longe « a strada vecchia », cœur du projet de requalification. 
 
Pietranera : grogne d’un collectif de riverains face au projet de réhabilitation du village
Intervenants - Marie Laure Giorgi Darche, Héritière Casa Giorgi ; Vanina Zuccarelli, Aiutu Petra negra ; Jean-Jacques Padovani, Maire de San Martinu di Lota ; Henri Veron-Reville, Héritier Casa Giorgi Equipe - Florence Antomarchi ; Alex Gouty ; Stéphane Wislin.


Ce dernier comprend deux parkings de 100 et 22 places. Réunie ce jeudi 1er août, l'association « Aiutu Pietra Negra » dénonce une multitude de projets sans cohérence et, selon elle, non-inscrit dans le plan local d’urbanisme. « Il y a les projets officiels et les projets officieux qui sont des versions bis, ter d’un projet. On entend toutes sortes de choses et c’est ce qui motive notre inquiétude », soutient Vanina Zuccarelli, association « Aiutu Petra Negra ».
 

« Nous avons signé un contrat avec la famille Giorgi »


Pour Jacky Padovani, maire depuis 35 ans, on serait encore dans la phase d'étude structurée autour des dernières terrasses de A casa Giorgi. Mais il ne voit pas où est le problème. « Nous avons signé un contrat avec la famille Giorgi, nous disant qu’ils nous cédaient le terrain à condition qu’il soit réhabilité et qu’on ne le touche pas. Le projet qui a été fait par l’architecte ne touche pas le terrain, il passe dessous », affirme-t-il. 

Pas de contrat, mais un simple accord de principe, signé par la famille, pour projet de dalle surplombant de parking. Un accord daté de 2017. « Depuis nous savons que le projet continue à évoluer et à ce stade nous n’avons pas eu d’échanges officiels avec la mairie », indique Henri Veron Reville, héritier.

Une simple consultation aura lieu entre septembre et octobre pour l’ensemble du projet. Le maire, pour l'instant, ne veut pas entendre parler d'une procédure d'enquête publique. C'est l'autre point de désaccord important avec le collectif. 


 

Sur le même sujet

Tema - ces anciens encore très actifs dans les villages corses (5/5)

Les + Lus