Tourisme : le point sur l'arrière-saison en Corse

En octobre, traditionnellement, les touristes sont beaucoup plus nombreux à partir qu'à débarquer en Corse / © Christian Giugliano / FTVIASTELLA
En octobre, traditionnellement, les touristes sont beaucoup plus nombreux à partir qu'à débarquer en Corse / © Christian Giugliano / FTVIASTELLA

Chaque année les professionnels comptent beaucoup sur les vacanciers de septembre et d'octobre pour clore la saison estivale sur une note positive. En vain. Cette année, la tendance semble meilleure, mais cela pourrait ne pas suffire à améliorer le bilan 2019. 

Par Sébastien Bonifay

L'arrière-saison...
Le serpent de mer du secteur touristique insulaire. 

L'espoir de quelques semaines d'activité commerciale en plus sur une île, où il fait beau 363 jours sur 364, et où l'été dure 6 mois...
Mais où les touristes débarquent, en masse, en juillet et en août, et disparaissent dès les premiers jours de septembre. 

Alors les professionnels, chaque année, attendent que l'automne leur permette d'arrondir le chiffre d'affaires. 
Sans grand succès.
 
En Corse, comme ici à Porto-Vecchio, les magasins de souvenirs restent ouverts le plus tard possible dans la saison, même s'ils ne font pas vraiment recette / © Stéphane Agostini/FTVIASTELLA
En Corse, comme ici à Porto-Vecchio, les magasins de souvenirs restent ouverts le plus tard possible dans la saison, même s'ils ne font pas vraiment recette / © Stéphane Agostini/FTVIASTELLA

De nouveau, en 2019, le secteur compte sur cette fameuse arrière-saison...
D'autant que la haute-saison n'a pas été vraiment enthousiasmante. 
 

Cet été, les professionnels insulaires ont fait grise mine. 
Poussant même la gérante d'un camping d'Algajola à lâcher un dépité : "la Corse, malgré ses atouts, n'est plus concurrentielle."

Une fois de plus, la profession, en Balagne comme ailleurs, a espéré que l'arrière-saison viendrait un peu éclaircir le bilan 2019... 
Et aussi étonnant que cela puisse paraître, il semblerait que ce soit le cas.

Une arrière-saison plutôt positive

Heureux concours de circonstances ou prémices d'un vrai changement, septembre et octobre, pour l'heure, se passent plutôt bien. 
 
En Balagne, il n'est pas rare que les touristes qui ont tenté leur chance en octobre profitent de ce genre de spectacle / © Alex Gouty / FTVIASTELLA
En Balagne, il n'est pas rare que les touristes qui ont tenté leur chance en octobre profitent de ce genre de spectacle / © Alex Gouty / FTVIASTELLA

Ce week-end à l'Ile Rousse, il y avait du monde. 
Les locaux, attirés par la foire annuelle, qui fêtait sa 191ème édition. 

Mais également les touristes, en nombre. 
Séduits par les charmes des vacances à cette période de l'année, comme nous l'explique un père de famille venu du Morbihan :
"On peut flâner sans souci, ce ne sont pas les grosses affluences du mois d'août, et puis surtout, c'est moins cher !"

Gilbert Barrachina expose depuis des années à a Fiera di l'Isula Rossa. 
Il a pu constater l'évolution de l'affluence des touristes qui se promènent entre les stands, les animations et les manèges de la foire. 
"Les saisons se rallongent d'année en année. Désormais, début octobre correspond à la mi-septembre d'il y a une dizaine d'années."
 
Ce week-end encore, certains n'ont pas hésité à goûter aux joies de la plage à l'Ile Rousse / © via stella
Ce week-end encore, certains n'ont pas hésité à goûter aux joies de la plage à l'Ile Rousse / © via stella


Des touristes peu dépensiers

Reste à savoir si cela suffira à égayer l'arrière-saison de celles et ceux qui font la plus grande partie de leur chiffre d'affaires annuel grâce aux touristes. 
C'est le cas de Marie Geraldi, qui gère une boutique de souvenirs. 

Alors évidemment, ce ne sont pas les Balanins qui défilent dans son magasin. 
Ce sont les Continentaux, les Allemands et les Italiens. 

Le problème, pour elles, c'est que s'ils sont toujours présents.
Ils n'en dépensent pas plus pour autant. 
"Les gens ont beaucoup moins d'argent que les années précédentes. Et ça impacte le chiffre d'affaires. Ils regardent beaucoup, ils examinent les prix, ils demandent des réductions... Cette année, c'est surtout ça, notre clientèle."

Bref, si en 2019, enfin, les touristes sont là en octobre, et que la Corse bénéficie d'une vraie arrière-saison, il n'est pas pour autant dit que le bilan 2019 s'en porte mieux...

 

Sur le même sujet

Ajaccio : l’État annonce une nouvelle centrale thermique au gaz en 2023 

Les + Lus