• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Bastia: des vestiges vieux de plusieurs siècles déterrés à la Citadelle, place Guasco

Les murs d'une maison du XVIIIème ou du XIXème siècle se dessinent alors que le chantier progresse / © Sébastien Tieri
Les murs d'une maison du XVIIIème ou du XIXème siècle se dessinent alors que le chantier progresse / © Sébastien Tieri

Des murs datant de l'époque moderne, ainsi que ces céramiques du XVIème et XVIIème siècles, ont été trouvées lors du chantier de la Place guasco. Une découverte historique pas vraiment de première importance, selon le Patrimoine. 

Par Sébastien Bonifay

A l'origine, le chantier devait, selon Philippe Peretti, adjoint au Patrimoine à la Mairie de Bastia, "rendre à la place son cachet initial". 
Et donc enlever le béton qui recouvrait la place Guasco pour poser un dallage. 
 
Le chantier ne devrait pas être interrompu / © Sébastien Tieri
Le chantier ne devrait pas être interrompu / © Sébastien Tieri


Mais les fouilles effectuées par l'Inrap, l'institut national de recherches archéologiques préventives, ont mis au jour des murs de l'époque moderne, qui, à première vue, dateraient du XVIIIème et XIXème siècles.
D'après Philippe Peretti, 

A l'époque ce n'était pas une place mais une rue, et les recherches ont dégagé le rez-de-chaussée d'une maison qui se tenait là à l'époque. On devine une structure d'environ 4 pièces. 

Plus anciens, des tessons de céramique toscans et ligures ont également été trouvés, qui datent, eux, des XVIème et XVIIème siècles.
A la DRAC, Franck Leandri, conservateur en chef du Patrimoine, relativise:

On a envisagé des fouilles complémentaires, mais ce n'est vraiment pas la découverte du siècle. Si ca avait été des murs datant de l'époque médiévale, on aurait sûrement interrompu, voire modifié le chantier, mais ce n'est pas le cas...

 

La place Guasco, au coeur de la Citadelle de Bastia / © Google Earth
La place Guasco, au coeur de la Citadelle de Bastia / © Google Earth


Du côté de la mairie, on envisage d'installer un sol de verre, sur lequel marcheraient les badauds, et qui permettrait de voir les vestiges de cette époque.
Mais il ne semble pas que ce soit vraiment à l'ordre du jour, ainsi que le précise Philippe Peretti, plutôt amusé:

On n'a pas découvert le temple d'Aphrodite, non plus! Ca coûterait pas mal d'argent, tout ça...

Bref, il semblerait que ces murs déterrés par hasard retrouvent bientôt leur tranquillité. 
 

 

Sur le même sujet

Sagone : à la découverte de l’ancienne cathédrale Sant’Appianu

Les + Lus