Xylella : la collectivité de Corse bientôt apte à définir une liste de végétaux interdits ? 

L'office de l'environnement a organisé lundi 16 septembre une réunion à Corte pour envisager des mesures supplémentaires en Corse afin d'éviter l'arrivée de cette bactérie. / © Raymond Roig / AFP
L'office de l'environnement a organisé lundi 16 septembre une réunion à Corte pour envisager des mesures supplémentaires en Corse afin d'éviter l'arrivée de cette bactérie. / © Raymond Roig / AFP

Mobilisation des oléiculteurs après la découverte d’arbres touchés par la Xylella Fastidiosa sur la Côte d'Azur. L'office de l'environnement a organisé lundi 16 septembre une réunion à Corte pour envisager des mesures supplémentaires en Corse afin d'éviter l'arrivée de cette bactérie. 

Par France 3 Corse ViaStella

Les acteurs des filières oléicoles corses sont inquiets. En août, la Xylella fastidiosa pauca, celle qui s’attaque aux oliveraies dans le sud de l’Italie, a été découverte sur deux arbres des Alpes-Maritimes. 

 


Ils ont tous été conviés par l’office de l’environnement, lundi 16 septembre à Corte, pour leur soumettre une idée. 

La Collectivité de Corse pourrait profiter d’une modification très récente du code de l’environnement pour établir sa propre liste de plantes interdites à l’entrée de l’île. « Nous avons souhaité mettre en place une commission pour pouvoir travailler à constituer cette liste, mais aussi à définir une stratégie pour les années à venir », indique François Sargentini, président de l'office de l'environnement de la Corse.
 

« Le nouveau passeport phytosanitaire européen est hyper draconien »


Les discussions ont duré deux heures, chacun campe sur ses positions. Les oléiculteurs veulent tout interdire, les pépiniéristes redoutent le temps qu’il faudra pour cette nouvelle liste

 
Xylella : la collectivité de Corse bientôt apte à définir une liste de végétaux interdits ? 
Intervenants - François Sargentini, Président de l' Office de l' Environnement de la Corse ; Monique Meunier, Pépiniériste. Equipe - Florence Antomarchi ; Stéphane Agostini ; Frédéric Guichard.


Ils se reposent sur la mise en place prochaine du passeport phytosanitaire européen (PPE). « Le nouveau PPE va être obligatoire à partir du 14 décembre prochain est hyper draconien au niveau des introductions sur la Corse et sur l’Europe entière. Il faut qu’on prenne des mesures pour éviter l’introduction de la pauca. Il faut surveiller les végétaux et faire au mieux pour qu’il n’y ait pas de propagation », estime Monique Meunier, pépiniériste.

L’État n’a pas la même lecture des nouveautés ouvertes par le code de l’environnement.  


 

Sur le même sujet

Les + Lus