#InCasa : Que lire, que regarder pendant le confinement ? Les conseils de nos invités très spéciaux (Episode 18)

Chaque jour, des auteurs, corses, continentaux ou internationaux, des acteurs culturels, et des anonymes, concoctent un conseil pour nos internautes. Aujourd'hui, l'écrivain de Brooklyn William Boyle vous livre ses choix en matière de romans américains incontournables !
William Boyle, l'un des jeunes auteurs les plus remarquables du roman Noir américain, chroniqueur d'un jour pour France 3 Corse ViaStella
William Boyle, l'un des jeunes auteurs les plus remarquables du roman Noir américain, chroniqueur d'un jour pour France 3 Corse ViaStella © Katie Farrell Boyle

Les conseils de William Boyle :

"En ces temps difficiles, je retourne vers les livres qui m'ont le plus marqué par le passé. Je trouve un grand réconfort chez eux - parce qu'ils m'ont appris à écrire, et à vivre, mais également parce que, d'une certaine manière, je m'y sens à la maison. Alors voilà dix livres dans lesquels je me suis replongé durant la quarantaine, que je recommande chaudement. 
 

Aucun écrivain américain, peut-être, n'est doué de plus d'empathie que Carson McCullers. Elle est capable de saisir des émotions sur une page comme aucun autre. Je ne me sens jamais manipulé lorsque je lis ses livres - je me souviens au contraire que, lorsque j'étais un jeune lecteur, et un écrivain débutant, j'adorais ça. 
 

Portrait de Carson McCullers
Portrait de Carson McCullers © DR

 

Voilà un livre que j'ai lu au lycée, et qui m'avait stupéfié. Je n'avais pas la moindre idée que l'on pouvait faire ce que O'Brien faisait. Au fur et à mesure que je grandissais, et que je perdais mes illusions d'enfant, c'était vraiment très important d'avoir ce livre pour modèle. Un livre qui me rappelait que la lâcheté et le courage pouvaient être fidèles à ce que je croyais enfant, un livre qui m'en disait plus sur ce que c'était que de perdre ce à quoi on tient, ce que c'était que le manque.
 

Ecrit avec quelque chose qui ressemble à du sang

 

Sombre, brutal, et concis.Si je faisais un liste des romans américains, essentiels, le roman d'Horace McCoy y serait à tous les coups. Etonnamment, je prends beaucoup de plaisir à me plonger vision du monde très nihiliste de McCoy. Et Gloria Beatty est l'un de mes personnages de fiction préférés. 
 

L'intégrale des romans qui ont pour héros Cercueil et Fossoyeur, dans la collection Quarto de Gallimard
L'intégrale des romans qui ont pour héros Cercueil et Fossoyeur, dans la collection Quarto de Gallimard © DR

 

Je ne me lasserai jamais de Himes. Dans la série des Coffin Ed Johnson et Grave Digger Joe [Ed Cercueil Johnson et Fossoyeur Joe], L'aveugle au pistolet reste mon favori. Hilarant et poignant, hard-boiled et puissant.
 

Le récit intense d'une descente aux enfers. Harry Jordan et Helen Meredith tombent amoureux, boivent et prennent de mauvaises décisions. Et c'est irrésistible. Comme le dit Willy Vlautin, “Une fille facile est un livre sur la folie,  . Il m'a montré qu'un roman pouvait être court, ramassé, et écrit avec un truc qui ressemblait à du sang."
 

Charles Willeford
Charles Willeford © DR

 

Des livres dans lesquels je me sens à la maison

 

Un livre qui a vraiment changé ma vie. Un livre sur les fantômes et les regrets. C'est une histoire sombre, qui se déroule à une sombre époque, dans un endroit sombre, et pourtant elle est pleine de désir et d'espoirs. Francis Phelan et Helen Archer, des années après, restent présents à mon esprit, comme peu d'autres personnages de fiction.   
 

Larry Brown écrivait comme les brumes de chaleur s'élèvent du macadam... Celivre, Joe me semble si réel, presque vivant, qu'il a changé la façon dont je vois la fiction. 
Je peux sentir le sang qui palpite dans les pages. Je peux sentir que l'homme qui a écrit ce livre abordait l'écriture comme un artisan, un ouvrier. J'avais une vingtaine d'années lorsque j'ai lu Joe. Ma première réaction, ça a été que je voulais écrire sur l'endroit d'où je venais de la manière dont Brown écrivait sur l'endroit d'où il venait - avec du cran, avec mon coeur, de manière complexe, et brutale. (J'ignorais, alors que j'allais bientôt déménager de New York vers le Mississippi, à la poursuite de quelque chose [Larry Brown est né et a vécu à Oxford, dans le Mississippi, où William Boyle est désormais professeur d'université])
Brown avait du courage. Il était animé d'une énergie âpre, magnétique. Nulle part ce n'est plus évident que dans Joe, son chef-d'oeuvre. 


 

Ce n'est pas seulement le livre que je désignerais comme le plus grand roman américain, mais également - bien que ce ne soit pas vraiment l'avis de tout le monde - , celui que je considère comme notre plus grand Roman Noir. 

 

Edition américaine de The Street, de Ann  Petry
Edition américaine de The Street, de Ann Petry © DR


Je suis heureux d'avoir ce livre avec moi durant les heures instables, et troublantes, que nous vivons...

 

J'adore la manière dont Rhys laisse dériver ses personnages à travers le monde. Une prose épurée, déprimante dans le meilleur sens du terme, juste extraordinaire.
 

Un livre aussi beau qu'étrange. On peut s'y perdre sans fin. Au coeur de ce livre, une question : qu'est-ce que cela signifie, d'être un humain. Je suis heureux d'avoir ce livre avec moi durant les heures instables, et troublantes, que nous vivons..."

William 
 

William Boyle, l'édition US des Complices, de Georges Simenon à portée de main
William Boyle, l'édition US des Complices, de Georges Simenon à portée de main © Katie Farrell Boyle



William Boyle, la bio :
En 2016 un jeune auteur américain faisait une apparition remarquée sur la scène littéraire française. Gravesend, le premier roman de William Boyle, était publié pour célébrer les trente ans de la collection Rivages/Noir, orné du prestigieux numéro mille.
Depuis, Boyle ne cesse de confirmer tous les espoirs placés en lui. Il a publié deux autres romans, Tout est brisé et Le témoin solitaire. Son prochain roman, L'Amitié est un cadeau à se faire, a été repoussé par son éditeur en raison de l'épidémie de coronavirus. 
William Boyle vit depuis quelques années à Oxford, dans le Mississippi. Il est professeur à l’Université Old Miss, et disquaire spécialisé dans le rock indépendant.  


 

► Retrouvez la biliothèque du confinement
conseillée par les ivités de France 3 Corse :

- LAURENT CHALUMEAU
Le maître de Ballantrae, de Robert Louis Stevenson
 
Pour Laurent Chalumeau, un seul mot d'ordre, "vive le hasard. Et de la nécessité faisons donc une vertu. Lisons donc certains livres qu’autrement nous n’aurions jamais lus.
Ceux qu’on a. Ceux qui sont là."
Pour Laurent Chalumeau, un seul mot d'ordre, "vive le hasard. Et de la nécessité faisons donc une vertu. Lisons donc certains livres qu’autrement nous n’aurions jamais lus. Ceux qu’on a. Ceux qui sont là." © Raphaël Poletti
 

- PHILIPPE JAENADA
Jacques le Fataliste de Diderot
 
Philippe Jaenada, prix Femina 2017, a choisi Jacques le Fataliste de Diderot
Philippe Jaenada, prix Femina 2017, a choisi Jacques le Fataliste de Diderot © Raphaël Poletti
 
 
- MICHELE CORROTTI
Mèmed le Faucon, de Yachar Kemal
 
Michèle Corotti, devant notre caméra pour l'ouverture du festival Arte Mare en 2018
Michèle Corotti, devant notre caméra pour l'ouverture du festival Arte Mare en 2018 © Novellart - 2B
 
  
- HERVE LE CORRE
Le gang de la clef à molette d'Edward Abbey et bien d'autres choses
 
Hervé Le Corre conseille le formidable Gang de la clef à molette d'Edward Abbey, mais pas seulement !
Hervé Le Corre conseille le formidable Gang de la clef à molette d'Edward Abbey, mais pas seulement ! © Philippe Matsas/Leemage/Editions Payot Rivages
  

- LORY MASSEY
Le Lion de Joseph Kessel
 
La libraire bastiaise a choisi Le Lion, de Joseph Kessel, aux éditions Gallimard
La libraire bastiaise a choisi Le Lion, de Joseph Kessel, aux éditions Gallimard © Sébastien Bonifay
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : envie d'évasion santé société littérature culture livres