La 2ème circonscription de Corse-du-Sud

Camille de Rocca Serra est le député sortant UMP, élu depuis 2002, réélu en 2007 au 1er tour avec 51,02% des suffrages.

Par J.V. Albertini, S. Tiéri, G. Bézie

video title

video title

Législatives, tractations politiques à gauche

La Gauche Autonomiste interpelle les candidats de Femu a Corsica. Vincent Carlotti, secrétaire fédéral du Parti Socialiste de Haute-Corse, leur a demandé de se positionner : Les nationalistes modérés rejoindront-ils ou non le groupe socialiste à l'Assemblée Nationale, en cas d'élection ?

La circonscription est à droite depuis sa création en 1976. Camille de Rocca Serra a succédé à son père, décédé en fonction le 6 avril 1998, après l’intérim assuré par Roland Francisci jusqu’en 2002. Si Camille de Rocca Serra a été élu dans un fauteuil il y a cinq ans, dès le 1er tour, sa situation électorale s’est depuis sérieusement détériorée.

Après avoir abandonné en 2007 pour cause de cumul des mandats, la mairie de Porto-Vecchio au profit de la présidence de l’Assemblée de Corse, Camille de Rocca Serra a depuis perdu toutes les élections. Les Territoriales en 2010 où il conduisait la liste UMP Rassembler Pour la Corse, et la cantonale de 2011 où il se voit ravir son siège par le nationaliste Jean-Christophe Angelini, Femu a Corsica. Isolé, contesté dans son propre camp, on lui reproche localement son manque d’investissement, et régionalement les échecs successifs de la Droite. Néanmoins les consignes parisiennes ont été de l’appuyer. Le retrait de la candidature de Roland Francisci, l’absence de dissidence à droite et la présence de la conseillère générale du VIème canton d’Ajaccio, Nathalie Ruggeri, lui donnent un avantage certain, à priori.

Face à lui, Camille de Rocca Serra retrouve donc son principal adversaire, Jean-Christophe Angelini. Fort de ses victoires électorales successives, le conseiller territorial compte fédérer tous ceux qui ont intérêt à la chute du député sortant, à Droite comme à Gauche. S’il peut compter sur un électorat qui dépasse celui des nationalistes, sa victoire est possible, mais elle reste subordonnée à l’attitude de la Gauche, représentée dans la circonscription par deux candidats, le président de l’Assemblée de Corse, Dominique Bucchini, et le Conseiller exécutif maire de Propriano, Paul-Marie Bartoli.

Dans cette circonscription, où il faut 6.971 voix pour être au second tour, il paraît difficile à cette Gauche divisée de pouvoir se maintenir. Ses candidats pourraient alors avoir à choisir entre le sortant de Droite et le nationaliste. C’est là que réside la principale inconnue du scrutin.

Les Candidats pour la 2ème circonscription de Corse-du-Sud :

Claudine Rodinson (Lutte ouvrière)

Dominique Bucchini (Front de gauche)

Paul-Marie Bartoli (divers gauche)

Paul Quastana (Corsica Libera)

Jean-Christophe Angelini (Femu a Corsica)

Dominique Tonin (Parti du Vote Blanc)

Camille de Rocca Serra (UMP)

Bernard Angelini (Front national)

La 2ème circonscription de Corse-du-Sud en chiffres :

12 cantons (75 communes) :

AJACCIO VI

BASTELICA

BONIFACIO

FIGARI

LEVIE

OLMETO

PETRTO BICCHISANO

PORTO-VECCHIO

SANTA MARIA SICCHE

SARTENE

TALLANO-SCOPAMENE

ZICAVO

Population en 2012 : 71.054 habitants

Inscrits : 55.767 (49.711 en 2007)

Barre d’accès au 2ème tour : 6.971 voix

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Territoriales : pas d'alliance à droite pour le second tour

Près de chez vous

Les + Lus