Nicolas Sarkozy en Corse

"La violence ne fait pas partie d'une culture" déclare à Ajaccio le président-candidat

Par Jean CROZIER

video title

video title

Sondage en Corse à 10 jours du scrutin

Selon un sondage Opinion way pour Corse Matin et Corsica Radio, Nicolas Sarkozy obtiendrait 32 % au premier tour et François Hollande, 28%. Cette enquête d'opinion ne porte que sur 500 personnes dont 22 % ne se sont pas exprimées.

Accompagné à Ajaccio de Claude Guéant et Michel Mercier, Nicolas Sarkozy se réjouit de la "baisse des faits de délinquance" en Corse" avant de tenir un meeting devant les militants de l'UMP.

Le président Nicolas Sarkozy a rendu hommage, vendredi à Ajaccio, aux forces de sécurité et aux magistrats pour leur action en Corse, faisant état de "la baisse constante des faits de délinquance" dans l'île, en proie à une série de faits violents survenus ces derniers jours. "Le nombre des attentats et d'assassinats, toujours trop élevé, a considérablement diminué", a déclaré M. Sarkozy à l'issue d'une réunion de travail sur le thème de la sécurité à la préfecture de Corse, en présence des ministres de l'Intérieur, Claude Guéant, et de la Justice, Michel Mercier. Quelques jours après un attentat qui a fait un mort à Ajaccio et un double assassinat en Haute-Corse, il a déploré ces "règlements de comptes violents" mais souligné que les autorités étaient engagées dans "une action extrêmement dynamique". "Rien ne sera laissé de côté. Les coupables seront arrêtés, déférés devant la justice et punis. Que personne n'en doute", a-t-il dit. Evoquant "une nouvelle génération de délinquants, sans culture politique ou autre, d'une très grande violence", il s'est engagé à leur adresser "une réponse extrêmement forte". "La violence, a-t-il dit, ne fait pas partie d'une culture" et face à un "niveau de détention des armes (qui) est intolérable", il a annoncé une "action systématique" pour conduire à "une tolérance zéro", déplorant "la présence d'armes légales dans trop de familles en Corse". Soulignant que la police, la gendarmerie et la justice ont les "moyens nécessaires" pour agir en Corse, où "16 millions d'euros d'actifs ont été saisis depuis quatre ans", il a déclaré qu'il "faut protéger tout secteur qui se développe, comme le tourisme, des tentations mafieuses". A son arrivée à la préfecture, M. Sarkozy avait déposé une gerbe sous la plaque à la mémoire du préfet Claude Erignac, assassiné en 1998 à Ajaccio. Dans ses habits de candidat à la présidentielle, il devait ensuite visiter une conserverie près d'Ajaccio, puis tenir en fin d'après-midi une réunion publique au palais des congrès.

(Source: AFP)

L'UMP insulaire se mobilise

Le comité de soutien à Nicolas Sarkozy, présidé par Camille de Rocca Serra, Sauveur Gandolfi-Scheit, Stéphanie Grimaldi et Marcel Francisci, vient d'éditer une plaquette faisant l'inventaire des actions initiées ou soutenues dans l'île par le président sortant. Le document de campagne a été tiré à 100 000 exemplaires, selon le quotidien Corse-Matin:  Cette brochure explique en 17 points pourquoi le candidat de l'UMP est le meilleur pour la Corse.

Sur le même sujet

Les + Lus