• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Nouvelles mises en examen par la JIRS

Sept hommes, membres de bandes rivales, intéressent la justice

Par Jean CROZIER

video title

JIRS: Mises en examen

Tentatives d'homicide à Ajaccio: deux hommes mis en examen écroués à Marseille.

video title

Interpellations en Corse du sud

Les autorités sont discrètes sur les différentes arrestations qui ont eu lieu à Ajaccio ces deux derniers jours. Une dizaine de personnes sont toujours en garde à vue. Quatre ont été transférées à Marseille.

Deux hommes ont été mis en examen dimanche par un juge d'instruction de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille dans le cadre de l'enquête sur la tentative d'assassinat d'un restaurateur en avril 2011 à Ajaccio.

 Deux autres hommes, sur une douzaine interpellés mardi dernier à Ajaccio et ses environs, ont déjà été mis en examen pour une autre tentative d'homicide sur le dirigeant d'une société de sécurité, en novembre 2011 à Ajaccio. Trois autres, qui ont été écroués dans cette ville, feront l'objet dans les prochains jours d'un mandat d'amener devant un juge de la Jirs (chargée des dossiers de criminalité organisée) de Marseille. Ces sept hommes, membres de bandes rivales, notamment celle dite du Petit Bar, du nom d'un café ajaccien où ils avaient l'habitude de se réunir, avaient été interpellés dans le cadre d'enquêtes sur trois tentatives assassinats, entre 2008 et 2011 à Ajaccio. Les mises en examen de dimanche entrent dans le cadre de l'enquête sur la tentative d'assassinat d'un restaurateur ajaccien de 37 ans, Fabrice Accardo, qui avait échappé aux tirs de deux tueurs en deux roues devant son établissement du centre-ville le 9 avril 2011. Les deux mises en examen précédentes concernent Toussaint Gistucci et Alain Lucchini, gérant d'une discothèque, lui-même blessé par balles lors d'une tentative d'homicide le visant, le 28 décembre 2008 à Ajaccio. Les deux hommes ont été laissés en liberté dans cette enquête sur la tentative d'assassinat du dirigeant d'une société de sécurité, Yves Manunta, 49 ans, le 8 novembre 2011 devant son domicile du centre d'Ajaccio. L'épouse et la fille, âgée de 12 ans, de M. Manunta avaient alors été grièvement blessées par balles. Peu après l'attaque contre la famille Manunta, deux frères jumeaux, Dominique et Marc Pantalacci, 20 ans, avaient déjà été mis en examen par le juge Thierry Azéma de la Jirs de Marseille et écroués. Les perquisitions effectuées cette semaine à Ajaccio par les enquêteurs dans ces diverses enquêtes ont permis de saisir une dizaine d'armes à feu, des explosifs et des stupéfiants.

 (Source: AFP)

Sur le même sujet

Sartène : des lycéens lancent leur lessive écologique

Les + Lus