• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Une rencontre piquante mais souvent bénigne

Avec le début de l'été, les Pelagia noctiluca sont de retour aux abords des plages insulaires.

Par Grégoire Bézie

video title

Les méduses sont de retour sur le bord des plages

Avec le début de l'été, les Pelagia noctiluca sont de retour aux abords des plages insulaires. C¿est la méduse méditerranéenne type, qui abonde sur le littoral certains étés. La pélagie nage toujours près de la surface, dans les premiers mètres. Sa piqûre est bénigne mais douloureuse.

C’est la méduse méditerranéenne type, qui abonde sur le littoral certains étés. La pélagie nage toujours près de la surface, dans les premiers mètres. Elle affectionne les zones tempérées et chaudes. Elle est commune au large, et des épisodes de courant et de vent la rapprochent fréquemment près des côtes. 

Sa piqûre est généralement bénigne. 

Les symptômes sont quasi-immédiats, mais parfois retardés : douleur de type brûlure qui s'étend rapidement au-delà de la zone mise en contact avec la méduse, rougissement local, œdème et vésicules translucides. Si ces signes ne sont plus qu'un souvenir pour certains, d'autres peuvent encore les présenter. En effet, les marques cutanées peuvent mettre jusqu'à 15 jours à disparaître. De plus, le fait de continuer à se baigner tend à retarder la cicatrisation.

Quelques conseils pour les traiter :

  •  Surtout ne pas frotter la zone piquée ;
  • Ne pas mettre d'alcool ;
  • Ne pas rincer à l'eau douce ;
  • Rincer à l'eau de mer ;
  • Oter à l'aide d'une pince les fragments restés sur la peau.
  • Le venin peut être neutraliser avec du vinaigre ou de l'eau de mer chaude.
  • Contre la douleur : un antalgique type paracétamol.

La Pelagia noctiluca est une scyphoméduse (méduse vraie) dont l’ombrelle bleue et rose peut atteindre 17 centimètres de diamètre. Elle présente 4 longs bras buccaux festonnés (prolongement de la bouche) pouvant atteindre 15 centimètres de long. Le bord de l’ombrelle présente 16 lobes, 8 rhopalies (organes sensorielles) alternant avec 8 longs tentacules fins et très urticants pouvant atteindre 40 centimètres. L’ombrelle et les bras buccaux sont parsemés de très nombreuses verrues mauves qui contiennent des cnidocytes (cellules urticantes). Source DORIS -FFESSM

Sur le même sujet

Corse : il sera bientôt possible de payer ses impôts dans un bureau de tabac

Les + Lus