• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Langue corse : toujours pas d’écoles “immersives”

© JEFF PACHOUD /AFP
© JEFF PACHOUD /AFP

En France, plusieurs régions sont dotées d’écoles dites « immersives » où la langue régionale est prédominante sur le français. En Corse, malgré une forte imprégnation de la culture et de la langue insulaire, ce système éducatif n’existe pas encore.

Par A.P. avec AFP

Parler en corse à sa maîtresse dès la maternelle ou l’école primaire, ce n’est pas encore possible. L’île ne dispose pas d’écoles dites « immersives » où le français est une langue introduite progressivement dans le cursus scolaire.

Et ce, malgré l’importance de « a lingua nustrale » auprès des jeunes. Selon l’AFP, 26% des insulaires âgés de 18 à 24 ans la parlent.

Le collectif Parlemu Corsu espère bien que cette situation va évoluer : « L'assemblée de Corse nous a donné l'assurance que cinq écoles immersives expérimentales verraient le jour. Nous avons pour l'instant connaissance de deux projets (privés) à Ajaccio, qui ont des chances d'aboutir à temps pour la rentrée 2018 ».

 


Un système présent en Bretagne, au Pays Basque et en Occitanie


En Bretagne, le réseau d'écoles privées (laïques et gratuites) Diwan a 40 ans cette année. De la maternelle jusqu’au bac, l’enseignement fait le choix de l’immersion dans la langue bretonne.

Même chose au Pays Basque où 34 « ikastolas » ont vu le jour, des établissements privés sous contrat, où sont inscrits 3.500 élèves de la maternelle au lycée, dans des filières totalement immersives. Un autre système d’écoles publiques ou privées propose également des classes bilingues.

Enfin, en région Occitanie, l'enseignement immersif de la langue régionale est assuré dès la maternelle et jusqu'au lycée, dans des écoles associatives nommées "calendrettes" ou "calandreta", créées en 1979 pour "permettre un bilinguisme précoce". Là aussi, un système parallèle propose des classes bilingues.

Ce système éducatif porte ses fruits : au Pays Basque, d'après leurs dirigeants, les "ikastolas" attirent de plus en plus d'élèves tandis qu’en Occitanie, les effectifs augmentent de 10% par an.

Malgré tout, la Corse n’a pas délaissé l’apprentissage de sa langue : dans les écoles de l'île, trois heures d'enseignement sur la langue et la culture corse sont obligatoires jusqu'en sixième (incluse), avant de devenir facultatif. Des classes bilingues existent également pour promouvoir a lingua nustrale.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Tourisme : découvrir la Corse grâce au wwoofing 

Les + Lus